Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Sandra Affentranger


Récit

L’heure a sonné  

Après vingt ans à pratiquer la médecine à Arles, Sandra décide d’arrêter son travail et ses journées qui n’en finissent pas.

Le problème, c’est que je ne sais pas faire grand-chose d’autre que soigner.

Portrait de Sandra Affentranger dans La Croix :

Publication : 4 mars 2014

Durée de lecture : 4 mn

Nombre de mots : 890

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Merci pour ce témoignage sur un univers d’hommes , dur ,très dur. Je comprends que tout cela vous ait marqué. Vous écrivez juste et sans concession. Donnez une suite !
    Bien à vous .
    Sandra

  • Votre récit est magnifique ,sobre et touchant . Vous avez de la force et du courage à revendre .bravo aussi à votre fille cadette qui a su trouver les mots pour vous permettre de partir . Je suis admirative et boulversée .Ecrivez encore pour nous décrire votre vie là-bas en Amazonie.
    Bien cordialement
    Sandra

  • Chère LN , votre texte me touche beaucoup . Il est simple , profond et plein de bontė envers votre famille . J’y suis très sensible et beaucoup d’autres vous le diront . Alors racontez nous des histoires , nous les lirons avec bonheur.
    Un grand merci
    Sandra

  • Vous écrivez magnifiquement. Votre récit est poignant et plein d Amour et de géneerosité. Merci de nous avoir fait un peu connaitre Elsa votre fille. Et le partage de votre souffrance apportera une aide certaine a tous vos lecteurs .
    Bien a vous
    Sandra

  • Cher Richard, vous avez beaucoup de courage et de lucidité.
    Votre récit est clair et touchant . On comprend l ´enfer quotidien que vous avez vécu et comment l alcool vous a piégé. Continuez de nous écrire ! Vous savez le faire .
    Bien cordialement
    Sandra

  • Merci pour ce très beau texte.
    J’admire votre lucidité , je suis touchée par vos lignes.
    Tout est dit,avec infiniment de justesse et de pudeur ;
    Bien à vous
    Sandra

  • Bonjour Marie
    J’aime votre récit , plein de rythme et d’humour noir .
    Vous raconter une histoire horrible avec lucidité et surtout beaucoup de distance et de finesse d’esprit .
    Et je comprends d’autant mieux votre précédent récit "Burn out".
    Il fallait fuir !
    Vous ne rentrez pas dans les cases ! C’est inconfortable n’est-ce-pas ? Mais tant mieux !
    Vous n’êtes pas seule dans ce cas.Vous écrivez juste et bien. Continuez.
    Au plaisir de vous lire.

  • Bravo Jean-Paul
    Votre récit est sincère et courageux ;il est très émouvant et très vrai..Nul regret , vous avez bien fait de partir .
    Vous n’êtes pas un " petit prof " mais quelqu’un de sincère et très modeste.
    Bon courage et continuez de nous écrire .
    je suis certaine que sur ce site beaucoup de gens partagent votre opinion et se reconnaissent dans votre parcours ; Vous avez fait de votre mieux et vous n’avez pas dérogé à vos valeurs humaines, trop humaines mais c ’est tant mieux !
    Bien cordialement

  • Une très belle histoire et un texte magnifique, très fort "visuellement" ;c ’est magnifique et bouleversant.
    Merci beaucoup Marie Paule

  • Alors vous, vous savez écrire !
    Continuez , je vous en prie !
    Quel style ! On s’y croirait ... Hélas !
    Et vous racontez les histoires les plus drôles , elles sont déjà assez sordides comme çà.
    Moi je suis bien contente d’être une nana avec un tout petit taux de testostérone ( oui oui les femmes en ont et certaines ont aussi une petite moustache !)
    mais quelle Bêtise , elle semble intemporelle car votre récit n’est pas si vieux.
    Merci beaucoup de prendre le temps d’écrire car vous avez du talent pour ciseler vos récits.

  • Vos commentaires me touchent beaucoup et me font réfléchir. Ils m’accompagnent et cela fait du bien.
    J ’ai la chance même incroyable que certains patients me parlent ou m’écrivent avec une grande amitié.
    Ils m’aiment bien .. ;et moi aussi !
    La Vie nous change et c’est tant mieux !
    " Fais de ta vie un rêve et de ton rêve une réalité" C’est de St Exupery et c’est encadré dans mon bureau.
    Mais je ne le voyais plus.
    Et puis vous savez, on ne domine rien quand on est médecin ; Certains docteurs le croient ou le font croire aux patients , ce qui est vraiment moche ! peut être pour se rassurer eux-mêmes ;
    On soigne, on accompagne, on essaie de consoler, et on guérit parfois.
    L’hyper spécialisation de la médecine a "tué" le médecin de famille qui ne peut pas être "bon à rien" mais "mauvais " à tout..
    Avec tous mes remerciements et mes encouragements à tous.
    Nos vies sont passionnantes , n’est-ce-pas ?

  • Un grand merci pour votre message d’encouragement qui me touche beaucoup.
    Il y a un dicton qui dit" Si ton médecin ne peut rien pour toi, habite une maison en bois"
    Vous voyez, vous soignez sûrement mieux que moi !
    C’est super ,et vous avez bien raison de faire votre métier avec passion
    Bien cordialement ;
    sandra

  • Bravo
    Votre style est magnifique , vous êtes courageux .
    Vous êtes photographe et vous avez un vrai talent d’écriture.
    Continuez