Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Aline Gourbin

De formation littéraire il y a déjà un "certain" nombre d’années, le livre a été et est toujours un élément clé constitutif de ma vie. Je fais actuellement partie d’un comité de lecture à petite échelle puisque "rurale", mais ces échanges littéraires mensuels nous permettent tout autant d’échanger chaleureusement autour d’ auteur(e)s tout en perfectionnant nos connaissances sur le monde Littéraire d’hier (ce qui nous fait revisiter nos classiques) et d’aujourd’hui. Bref, tout un programme celui d’une vie n’y suffit d’ailleurs pas !


Récit

À la campagne  

Des terrains et des voisins.

Qui n’a pas un jour rêvé de s’installer à la campagne ?

Publication : 13 mai 2015

Durée de lecture : 5 mn

Nombre de mots : 1180

Ils ont aimé :


Bibliothèque

 
 

Ses derniers commentaires

  • Je vous soutiens moralement,c’est peu.
    Rappelez à votre ancien maire (RIRI) la fameuse devise qu’il devrait appliqer:liberté ;égalité ;fraternité. Courage.De tout coeur avec vous. SImone

  • Bonjour Viktorio,
    Merci pour votre commentaire rempli d’humour et teinté de justesse quant au ressenti humain. Le court métrage semble donc être suffisamment significatif ; il n’empêche qu’une suite sera donnée à cette histoire quelque peu exhaustive et que si par aventure il vous plaisait de la lire je serai heureuse de recevoir vos remarques si suggestives et qui me font bien rire !

  • Comme quoi.....Et, c’est donc tout à fait à votre honneur que de vouloir remplir vos missions "technocratiques" tout en restant à l’écoute du vécu quotidien de la "masse laborieuse" notamment. Vous n’en avez que plus de mérite et plus d’un(e) devrait prendre exemple sur des gens comme vous !

  • Une analyse acérée mais juste sur la condition de transport des "périurbains".Qui ne s’est jamais trouvé confronté à un tel exercice quotidien périlleux, fatiguant, stressant ne peut prétendre pouvoir en parler. Ironie du sort, c’est précisément nos chers technocrates qui eux ne les utilisent pas qui conçoivent ces transport de bétail inconfortables et rebutants. Utiliser ces transports en commun au quotidien relève d’une prouesse éprouvante et que dire de partir en vacances en y ajoutant un bagage : Un véritable parcours du combattant !!!!La guerrière dans ce récit est une femme et en tant que telle elle subit toutes les pressions liées non seulement à cette inexorable contingence mais aussi à toutes celles de sa condition familiale. Une histoire vraie au cœur du réel pour tous les banlieusards que nous sommes ! Et oui, c’est juste PARIS est si près mais si loin à la fois....

Amis :