Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Alix Valia Roy

Une banale histoire française

Longtemps j’ai subi comme des millions de Français le déterminisme social, sans connaître ni ce terme, ni son sens et ses conséquences. Pourtant ce déterminisme pesait sur les lignées comme la mienne, qui survivaient sans rien revendiquer.

Fille d’un émigré, fruit d’un mariage mixte raté qui ne dura que quelque mois, une famille sous-prolétaire explosée et quasi inconnue, les fins de mois impossibles, les expulsions des appartements et des collèges, une fin d’études approximatives entre 12 et 16 ans, le premier rendez-vous d’urgence chez un dentiste à 18 ans, mon avenir était scellé. Zola pouvait être fier de moi. Je ne déméritais pas. J’étais une enfant ‘sauvage’ dans la banlieue d’une grande ville.


Récit

Échapper au grand n’importe quoi  

Fuir un système.

J’étais une enfant « sauvage » dans la banlieue d’une grande ville.

Publication : 9 février 2016

Durée de lecture : 13 mn

Nombre de mots : 2790

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Vincent,
    Merci de votre message. Aujourd’hui je l’écrirai très différemment. Car visiblement réducteur. J’avais jeté ces lignes en quelques minutes et la suite était l’analyse politique de cette histoire et de ce qui allait se passer au niveau national mais ne correspondait pas à un récit de vie.

    Je n’ai pas de rancoeur et d’amertume. L’analyse sert à cela. En colère.Oui. Comme des millions de citoyens .Devant la catastrophe annoncée depuis des années et dans laquelle nous sommes .Cela prendrait trop de temps à déployer mon analyse dans sa totalité pour ne pas la ’réduire’ à la colère, l’amertume et la rancoeur.

    On ne rebondit pas à 50 ans. Même en pleine forme.
    Bien cordialement

  • Cher Monsieur,
    Merci pour vos commentaires si élogieux. C’est un récit écrit en vitesse il y a 3 ans et si je ne suis pas satisfaite de ce parcours et de ce texte, c’est simplement qu’aujourd’hui, je n’ai jamais retrouvé d’emploi. Trop différente pour des réseaux sont trop forts et de plus en plus assassins. N’hésitez pas à forwarder ce petit texte.
    Bien à vous

Amis :