Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Aze Arts

Holà,
Voici les petits tracas placés là d’une jeune nana un peu perdue..
En espérant que ceux-ci vous plaisent, ou vous divertissent. Pour ma part je vais essayer d’y voir une sorte de thérapie.
Bonne lecture.


Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Merci m’sieur.. J’suis dans les métiers du soins, études d’infirmière et pour le moment j’ai du les stopper pour me recentrer sur moi.. Sauf que j’ai commencé un taf d’aide soignante, et j’me vois pas arrêté pendant sue je travaille.. Je sais ke cest une maladie, mais j’ai peur kils me rejettent.. Ils diraient que javais tout pour être heureuse, et ils auraient raison.. J’avais tout et j’ai tout gâché, j’ai tout ruiné. Est ce normal que même enfant j’avais l’intime conviction que je finirai mal ?
    J’suis la seule à avoir l’impression d’être spectatrice de ma vie ? Ma phrase de prédilection —> on verra bien ! J’ai tjrs laisser faire..
    Enfin bon.. Ça craint.. Merci pour tes conseils, j’espère avoir rapidement le déclic..
    Bonne semaine à toi :)

  • Merci encore pour cette longue réponse pleine d’espoir.. Je pense aussi que c’est quand on touche le fond qu’on est le + susceptible de remonter la pente, mais j’aimerais ne pas le toucher et réussir à reprendre ma vie en main.. Mon copain va dans un centre et est sous subutex depuis plusieurs années, quand il faut arrêter je prends sur son traitement..
    Je suis fille unique, je n’envisage pas d’aller en cure à cause de mes parents, cela reviendrait à leur avouer et je ne peux pas, je ne veux pas les détruire.. L’ironie du sort c’est que je fais des études dans le soins que j’ai dû suspendre parce que je n’arrive pas à soigner quand moi-même je suis brisée.. En attendant je suis aide soignante, mais sans ma dose je peux plus me lever le matin..
    Il faut que j’arrête de travailler pour pouvoir arrêter de me défoncer sans aller en cure, à la dure chez moi...
    La vie est compliquée, faire un sport j’en rêve, mais pareil comment pourrais je en faire une fois en manque ? Je flippe. J’ai peur. Et j’suis pas loin du fond —> la mort, la prison ou l’HP..

    Merci pour tout Paul-Antoine.. Tu es source d’inspiration..

  • Il n’y a pas de quoi me remercier.. Votre récit me donne envie de m’en sortir, et mon petit ami aussi. 10ans de drogue dure pour lui, 2ans et demi pour moi. Votre histoire me conforte dans l’envie de m’en sortir et d’aller de l’avant. Mais c’est dur.
    Je vais aller lire la fin de la magnifique lettre destinée à votre fille...

    Bien à vous tous.

    Aze Arts

  • Magnifique témoignage, en espérant que ta vie est plus douce aujourd’hui..
    À d’autres d’en faire autant :)

Amis :