Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Billy Bop

Les grandes aventures de petites missions d’intérim...

3 fois père au foyer...guitariste tendance rossignol...blogueur tendance patchouli...photographe tendance instantané...graphiste freelance tendance artisan...et intérimaire émerveilleux...et quand je s’rai grand ? je sais pas encore...

http://www.bordijol.over-blog.com

Et pour la photo :
http://www.billybop.fr


Récits

40 pieds  

Du travail en entrepôt.

Seul importe le petit répit, le temps de décharger une palette pleine et d’aller en chercher une nouvelle, ces 40 secondes qui vous permettent de respirer un peu d’air de l’extérieur.

Publication : 30 septembre 2014

Durée de lecture : 6 mn

Nombre de mots : 1380

Distribuer des papiers  

Un petit boulot au bord du périphérique.

Ce matin ma mission de petite main d’intérimaire était simple, comme bien d’autres matins : distribuer des petits papiers au feu rouge en disant bonjour.

Publication : 3 novembre 2014

Durée de lecture : 6 mn

Nombre de mots : 1230

Dans la machine  

Dans une usine de biscottes.

Plus je cumule ces machines que sont les usines, plus je me rends compte à quel point elles sont toutes pareilles : mêmes règles de sécurité, d’hygiène, même tableaux de productivité, machines à café, salles de repos, fontaines à eau, panneaux-slogans pour motiver les troupes, offres de loisirs proposés par le CE, et des panneaux, des panneaux, partout des panneaux !

Ce récit est également publié sur rue89 :

Publication : 16 mars 2015

Durée de lecture : 10 mn

Nombre de mots : 2190

Distributeur automatique humain  

Les tournées d’un distributeur de publicités.

J’arpente les ruelles, les boulevards, les avenues et les impasses, à la recherche de mes copines les boîtes aux lettres. 

Publication : 9 octobre 2015

Durée de lecture : 7 mn

Nombre de mots : 1510

Lutin du père Noël  

Être intérimaire.

J’ai lavé et compté des voitures, trié des colis, chargé et déchargé des cartons par containers entiers, monté des meubles et des marches, percé du béton, troué des routes, compté des culottes, distribué de la publicité, le jour comme la nuit.

Publication : 24 novembre 2016

Durée de lecture : 7 mn

Nombre de mots : 1500

Tout baigne  

Carcasses en réparation

Publication : 16 juin 2017

Durée de lecture : 6 mn

Nombre de mots : 1240

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Je suis bien entendu dac’ avec toi Fred ! et c’est très bien dit !
    Finalement...à nous le travailler moins pour gagner +...gagner du temps, pour nous, les autres, ...

  • Merci, émouvant, très émouvant...on aurait envie d’être là, au pot de départ entre ces émotions et le cake aux olives !
    Ne rien lâcher ? ou tout reprendre...

  • ...elle lui aurait fait la vie impossible !"
    Belle fin aussi touchante que ce rêve éveillé de grand père et tout le reste !

  • Dingue...moi j’étais aide-soignant, devenu graphiste, le chemin inverse... enfin quand je dis graphiste, en freelance quoi.
    Ce récit m’a ému, et tellement parlé Rod ! Actuellement testeur de petits boulots comme en témoignent mes récits, je n’arrive pas à m’imaginer recommencer dans le métier d’aide-soignant, et pourtant, c’était sans compter lire ce texte...
    Bon alors au choix, tous les deux, on ouvre une agence de com ou une clinique ? ;-)

    ( Pour la petite histoire...ma femme formatrice dans une école d’aide-soignant envisage de reprendre des passages de ton texte ! )

  • Moi si mes quelques bafouilles arrivent à faire sourire une prof d’EPS de banlieue de bon matin je suis le plus heureux des hommes ! :-) merci !!

  • La machine, la poussière, la terre...poésie crue que j’ai beaucoup aimé. Et souvenirs de pages du milieu de catalogues de vente par correspondance. merci

  • Merci Christophe ! Oui, le coup de Rue 89 c’est mon mini-buzz genre quart d’heure de gloire à la Warhol ! :-) Je sais pas trop comment se mesure le talent...parfois je lis des trucs d’auteurs considérés comme des génies mais je m’ennuie...par contre arriver à faire sentir la douceur du sel et du beurre sur le craquant sec d’une biscotte et me transporter ainsi sur le granit d’un roc breton un petit matin de petit dèj de petit été, juste avec des mots, pour moi ça c’est du talent !

  • Ho merci Christophe...léger et profond...cinématographique...tout ça me correspond bien...et fait du bien !

  • Uppercut de grande conso ! Ca fait un bien fou !
    Carrouf’ qui déshumanise les caissières, et les clients ! Le client Roi est une expression qui m’a toujours filé des boutons !...peut être parce qu’au roi justement on lui a coupé la tête il y a déjà un moment ?!
    Bravo d’avoir opté pour la liberté d’une vie choisie et non-soldée !

  • "...avoir été volé par une société qui voulait se venger." et tout est dit.
    Depuis toujours, depuis tout petit, la prison m’a toujours fasciné, mais surtout sauté à la gueule comme étant un contre-sens, une sorte d’anomalie...enfermer des hommes pour faire qu’ils aillent mieux en sortant ?! La prison est choquante, et particulièrement en France !
    Donc je trouve que cette phrase est des plus importante ! Merci pour ces témoignages, dites-leur !
    Une emission fin août, très pédagogique, concernant les prisons ouvertes : http://info.arte.tv/fr/thema-prisons-ouvertes-un-pas-vers-la-reinsertion