Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Chantal Gougnot

J’aime l’art en général, créer, écrire, peindre et lire.


Récit

Ce corps qui avait maigri trop vite  

Elise refuse de s’alimenter depuis que son père est parti de la maison. Après des années d’errance et de repli sur soi, elle trouve comment sortir de sa prison épidermique.

Elle s’éteignait de jour en jour.

Publication : 13 mai 2014

Durée de lecture : 16 mn

Nombre de mots : 3270

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Bonjour Virginie de la lune,
    J’espère qu’à travers de mon récit vous avez pu vous rendre compte que l’on peut guérir. Cela est difficile, mais il y a une lueur d’espoir malgré tout.
    J’espère que pour vous, la petite lueur va grandir. Effectivement être utile, la compréhension des autres, sont les clés pour avancer à petits pas.
    Je vous souhaite moins de souffrance pour avancer,
    Amitiés

  • Des vies, religions, coutumes, des milieus différents, j’ai aimé le dialogue, l’atmosphère, les odeurs de chaque côté de la rue. La différence dans un pays autre que le sien, et une situation très compliquée et je pense très épuisante pour vivre sans savoir lire et comprendre l’autre dans une conversation tout a fait banale.
    Il faut être courageux et savoir vivre sa culture tout en étant entouré d’ une autre.

  • Bonjour,
    Ce récit est imaginaire. Pour comprendre et parler de cette maladie, l’anorexie et ses conséquences, en sachant qu’il existe heureusement des moyens de s’en sortir.
    J’ai voulu aussi parler du divorce qui est une affaire d’adultes, et bien souvent ce sont les enfants qui en souffrent le plus. Malheureusement il n’y a pas que l’anorexie, la violence, le rejet de la société, le mutisme, l’échec scolaire sont des souffrances en réponse aux dégâts des adultes.