Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

S.

Histoires de déclassement.


Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • c’est une situation dans laquelle je me retrouve absolument, étant moi-même étudiante et contrainte d’effectuer un job étudiant complètement avilissant...
    les coups durs de la vie (ceux qui n’arrivent qu’aux pauvres) ont fait que j’ai pris 3 ans de retard dans ma scolarité. à 25 ans, je suis toujours résidence CROUS, à suivre en traînant des TD avec des gamins donc l’âge creuse un fossé entre eux et moi.
    de vrais sables mouvants : plus je vieillis, plus mes besoins financiers augmentent, moins j’ai de temps à consacrer à mes études, moins j’ai de chances d’avoir un salaire convenable vu le peu de chances que j’ai désormais d’avoir mon master...
    tout ça pour que je finisse avec un bout de papier qui ne vaudra rien sur le marché du travail.
    avec une culture qui ne me servira à rien dans le milieu que je ne pourrai jamais quitter, qui n’engendrera que des frustrations "j’aurais pu, si les conditions de départ avaient été plus favorables" etc
    cette culpabilité, d’avoir choisi les lettres et les humanités, plutôt qu’une formation technique, d’avoir fait un choix de petite fille gâtée, d’avoir fermé les yeux sur les réalités de ma condition sociale de départ.

    bref, de mon côté, je ne suis pas caissière mais hôtesse d’accueil en entreprise.
    c’est la même merde, les mêmes insultes, le même manque de reconnaissance.

  • bravo pour ton texte percutant

Amis :