Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Elisabeth Rizet

Economiste de formation, j’ai travaillé de nombreuses années dans un grand groupe de Télécommunications.
Le monde numérique, la fracture numérique, la protection de l’information et de la vie privée dans un cadre mondial sont des sujets sur lesquels je souhaite échanger et co-élaborer.

Abonnements :



Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Bravo pour ce récit. Il décrit les affres et la fatigue des jeunes mères de jeunes enfants au travail.
    La condition des femmes n’a pas évolué, elle s’est détériorée même avec les contraintes et la concurrence dans ce nouveau marché du travail où la concurrence hors entreprise et dans l’entreprise est féroce pour les cadres. Les hommes eux même en situation précaire ne sont pas solidaires. Votre formation en science humaine n’est pas un critère. Elle vous rend simplement plus fragile mais avec une formation d’ingénieur (grandes ecoles ou non) ou de matketing (grandes ecoles de commerce ou non) vous auriez les mêmes difficultés.
    Etant aujourd’hui en préreatraite, je reconnais et comprends mot par mot ce qui est écrit. Je me souviens avec émotion notamment dans les déplacements professionnels (lever avant l’aube, retour tard dans la soirée) la fatigue et les déchirements de mes jeunes collègues femmes mères de jeunes enfants..Les femmes peuvent reprendre une fois que les enfants sont un peu plus grands une place dans les organisations et donner leur plein potentiel mais elles se sentent toujours en charge des enfants et les places à responsabilité sont déjà occupées ou difficiles à atteindre. C’est un vrai sujet d’étude et de mise en visibilité qui est abordé dans ce texte.

Amis :