Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Ethel Carasso-Roitman

Raconter Elsa, ma fille morte à l’âge de 16 ans, c’est une manière de la faire vivre et de rendre hommage à son immense courage


Récits

Les cheveux d’Elsa  

Perdre sa fille.

J’aimerais mettre Elsa sous cloche pour qu’elle ne risque pas d’attraper les maux qui peuvent causer des complications.

Publication : 7 octobre 2014

Durée de lecture : 36 mn

Nombre de mots : 7240

Trois ans sans Elsa  

Une entreprise de deuil.

On ne pouvait pas laisser partir une jeune fille à l’affût du premier amour.

Publication : 4 octobre 2016

Durée de lecture : 32 mn

Nombre de mots : 6580

Ils ont aimé :


Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Bonsoir Omar

    D’abord je tiens à vous dire que j’ai beaucoup aimé "La barbe". A une période où mes fils se laissaient longuement poussé la barbe, je leur avais conseillé de lire votre livre que j’avais trouvé tout à la fois percutant et plein d’humour.
    Et voici qu’aujourd’hui,, cherchant par le mot clé "Assises", si certains avaient déjà écrit sur la "condition" de juré, je tombe sur votre texte exprimant vos "réticences à tenir le destin d’un inconnu entre vos mains".
    Je ne peux que le comprendre après plus d’une semaine où je siège comme juré, non pas heureuse élue mais électrice tirée au sort...Je ne manquerai pas d’écrire sur cette expérience faite de journées épuisantes et de nuits sans sommeil tant il est vrai qu’il est difficile, pour vous plagier, de tenir le destin d’un inconnu entre ses mains !
    En tout cas, encore bravo pour ce que vous écrivez et pour l’authenticité qui s’en dégage.

    Ethel, rédactrice de "Les cheveux d’Elsa" qui n’est malheureusement pas une fiction !!!!

  • Que vous puissiez pleurer me touche énormément et que vous vous prénommiez aussi Elsa vous rend plus proche.
    Merci Elsa

  • Viktoriro à qui je n’avais pas encore répondu et Isadora

    Merci d’avoir pris le temps de m’écrire
    Savoir que l’on me lit et que l’on perçoit au travers de mes mots ce que nous avons vécu, est une forme de réconfort.
    Vos messages me touchent beaucoup.

    Ethel

  • Je voulais vous dire combien ces deux témoignages me touchent et m’aident, Steve et LH.
    Finalement les mots ne sont pas si dérisoires car je regarde chaque jour si j’ai de nouveaux commentaires et chacun à sa façon me fait un peu de bien.
    Merci à vous

  • Merci pour ces commentaires qui donnent tout leur sens à nos écrits. J’aime beaucoup ce que vous dites sur la qualité littéraire car lorsqu’on commence à écrire on a toujours ça en ligne de mire alors que vous en parlez non plus comme d’un objectif à atteindre en plus mais comme partie intégrante de nos récits..
    Ethel Carasso- Roitman "Les cheveux d’Elsa" publié le 7 octobre

  • Je suis émue et plus par tous vos commentaires ; je vous répondrai individuellement dès que possible mais je sais d’ores et déjà que j’ai bien fait de mettre ma douleur en partage...
    Merci à chacun d’avoir pris le temps de commenter ainsi mon récit.

  • Votre récit est admirable et poignant. Je travaille dans l’administration du "social" et je me rends encore plus compte en vous lisant de la lourde tâche qui nous incombe...

  • Vous êtes mes deux premiers lecteurs et je suis très touchée par vos deux commentaires.
    La chanson dit : "il me semble que la misère serait moins pénible au soleil"
    et moi, il me semble que la douleur serait moins pénible en partage....
    Merci à vous

Amis :