Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Félicité Ngijol

Artiste contemplative et rigolote. Je découvre avec effroi (et un peu de honte aussi j’avoue) le féminisme.


Récits

Je suis une actrice  

Un contrat à durée déterminée au sein de Pôle Emploi.

Il fallait pointer pour son arrivée, pour partir manger, pour le retour de la pause repas et pour le départ.

Publication : 3 novembre 2016

Durée de lecture : 27 mn

Nombre de mots : 5590

Très out of Africa  

La vie en noir et blanc

Je me sens bien, assise sur mon coussin bi-tradition, germinations de mes deux pays.

Publication : 19 janvier 2017

Durée de lecture : 28 mn

Nombre de mots : 5680

Ils ont aimé :


Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • J’aime beaucoup le mot compagnon, je trouve qu’à travers votre récit vous lui rendez justice. Et je ferai plus attention dans mes dons désormais. Merci.

  • J’ai beaucoup aimé ce passage de relais et votre invitation à la vigilance. Vu ce que nous réserve 2017 ce n’est pas du luxe ! Merci.

  • Encore un strike ! Je me suis régalée.( Votre table de régie cérébrale est très généreuse !) Vous avez une façon de voir les choses avec un recul que j’admire. J’ai beaucoup ri mais aussi beaucoup compati. Merci .

  • Superbe documentaire. Je ne connaissais que de réputation et je découvre que j’avais un avis complètement faussé sur ce sujet. Votre récit nous emmène avec finesse et un bel humanisme à la rencontre d’hommes et de femmes surtout, dont nous découvrons la condition en quelques phrases. Merci beaucoup pour ce beau sujet. C’est un bel hommage rendu à ces personnes qui travaillent ou se rendent "Chez ma tante".

  • "Une salve de zip"...Un régal ! Merci.
    J’avoue avoir quelques fois regardé de "l’autre coté" en me sentant un peu honteuse : J’avais la chance de me reposer au chaud, alors que les acteurs de compléments restaient à attendre dans le froid.

  • On sent que vous aimez ce que vous faites. Vous avez un parcours très intéressant .Grâce à votre récit j’en sais davantage sur la mission de l’ONF. Désormais quand je m’assiérai à une table pique-nique dans la forêt, j’aurai une pensée pour vous et vos collègues. C’est superbe de nous rappeler que ces structures ne tombent pas du ciel.

  • Muriel Abalgrand-Richard, vous avez éclairé ma journée. Merci pour vos encouragements et le sentiment que vous me donnez d’avoir été comprise. Quel bonheur ! Garder le cap c’est bien ça et ne pas faiblir. Je vous souhaite une bonne journée.

  • Lau merci infiniment. Tu sais pourquoi et plus encore. Magnifique étincelle !

  • J’ai aimé votre récit. L’amour c’est l’Amour, il peut prendre diverses formes. Pourquoi pas celle-ci ?

  • J’ai eu aussi dans ma famille un ancien combattant. Il avait fait l’Indochine. Quand on est jeune et parfois vain , comme je l’ai été , on ne réalise pas quel trésor ces anciens recèlent dans leur mémoire. Merci pour ce récit. Et merci à vous et à vos compagnons qui avez donné tant pour recevoir si peu.

  • J’ai beaucoup aimé votre récit. Il m’a ouvert une fenêtre sur un univers dont je connaissais très peu de chose. Chose intéressante, une jeune fille voilée m’a vu le lire dans le bus, et elle est venue en parler avec moi. Grâce à ce dont vous témoignez, j’ai pu être en mesure d’entendre ce qu’elle avait à dire sur sa décision de porter le voile. Le point de vue féministe est nettement plus tranché à ce sujet, aussi je pense que ce récit a bâti le pont entre nos deux univers qui a conduit à cet échange. En tout cas, il nous a permis d’entamer un dialogue que nous allons poursuivre. Je souhaite de tout cœur que chacun puisse en toute liberté trouver sa place dans notre société sans se sentir en aucun cas jugé ou marginalisé selon son mode de vie.

Amis :