Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Florence Raguenez

Journaliste pendant près de 15 ans, je me suis convertie à l’âge de 40 ans au métier de professeur des écoles.
Cette profession, je la vis avec enthousiasme depuis 2007.

Abonnements :



Récit

Discours de nos méthodes  

Cette journaliste est devenue enseignante à 40 ans. Pour elle, s’investir dans l’enseignement a du sens. Elle livre ici le portrait de 7 de ses collègues qui, dans des conditions différentes, parfois difficiles, partagent sa vocation.

Journaliste de métier, j’ai fait le choix de devenir professeur des écoles à l’âge de 40 ans, reprenant le flambeau transmis par ma mère à l’heure où elle-même partait à la retraite.

Blog : http://professeursdesecoles.wordpress.com/

Publication : 2 septembre 2014

Durée de lecture : 38 mn

Nombre de mots : 7650

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Chère Kahina,
    Je vous remercie pour votre réaction ! Et je vous prie de m’excuser : vous avez réagi dans les heures qui ont suivi la publication de mon écrit, et je vous réponds un mois et demi plus tard.
    Au sujet de mon métier, ce que vous écrivez est très juste. Vous parlez d’ « amour de l’enseignement ». Je vous réponds : « vocation » : mot supplanté par un autre (« professionnalisation »), et c’est bien dommage, car il porte en lui l’essentiel du métier : les compétences notionnelles et la maîtrise des techniques pédagogiques ne suffisent pas, à elles seules, à nourrir un bon enseignant.
    Au sujet de votre écriture, je viens de lire votre parcours et vos propos qui me touchent. Votre aide auprès de votre frère me renvoie à l’accompagnement des enfants handicapés dans nos classes. Avec eux, les mots n’ont pas toujours de sens. La relation se joue en partie dans le mystère de l’intuition et de l’instinct de chacun. Vous avez les mots pour en éclairer le sens et les difficultés. Merci Kahina, car vous contribuez, à votre façon, à valoriser l’attention donnée aux autres.

Amis :