Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Flori-Louise

silence bruyant, vaste coin, long brouillard, rêve brumeux, lettres à lire, lettres à écrire, lire des lettres, écrire des lettres...

Abonnements :



Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Cela concerne un de mes frères en effet.
    Il est vrai que pour aujourd’hui, ma vision peut paraître pessimiste mais nul doute que dès demain, ma soif de vie et ma volonté d’aller de l’avant reprendra de sa splendeur.
    Quant à la folie, il y en a sans doute plusieurs, celle de l’opinion publique, celles du domaine médical qui a besoin de classifier, celles des philosophes, celle de Jean Oury à qui je me réfère beaucoup. etc.
    Être schizophrène en soit ne veut rien dire. Je connais des Instituteurs schizophrènes, des milliardaires schizophrènes, des artistes schizophrènes, des mendiants aussi ... on ne peut jamais s’arrêter à une seule étiquette.
    Pour ma part, je me considère aussi folle que mon frère, la seule différence est que je n’ai pas à subir le stigmate sociale, voir physique (causé par les traitements).

    « Jamais la psychologie ne pourra dire sur la folie la vérité, puisque c’est la folie qui détient la vérité de la psychologie. » Michel Foucault

  • Kahina, votre récit est bouleversant, j’ai l’impression de vivre que ce que vous vivez....mais moi je n’en suis qu’au début de l’histoire. Mais la suite...je pense malheureusement déjà la connaître.
    Merci pour ce témoignage.
    Que votre frère soit heureux dans le monde des fous, quant à nous, soyons fous de croire que la folie est cet autre si étranger, si loin de nous.
    Cordialement,
    Flori

Amis :