Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Gnassou

Je suis née parmi des mots, j’aime qu’ils m’enveloppent et me consument.


Récit

J’étais tout son contraire  

Rencontre à CAP EMPLOI.

Nous vivons la même chose. C’est un fait.

Publication : 18 mai 2015

Durée de lecture : 3 mn

Nombre de mots : 650

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Comme cette histoire se rapproche étroitement de l’une des miennes. Une rencontre, une seule, et notre vie se voit, l’espace d’un instant aussi court soit-il, débordante d’un je ne sais quoi... J’aime votre écriture. Au plaisir de vous lire.

  • Douloureux, car vécu, mais efficace. Ecriture saccadée comme j" aime. Vous avez réussi à me déchirer les tripes. Il faut continuer d’écrire ainsi. Pour ma part, ça me parle ...Merci.

  • Merci à vous de m’avoir lu.... Ce texte était un cadeau à mon amie. Et puis ... une façon de faire comprendre que dans la vie toutes les amitiés sont possibles.

  • Super texte pour une journée de travail dans un fast Food sommes toute normale un vrai régal, merci

  • Merci pour ce témoignage si proche d’une vrai réalité. De secrétaire de direction j’ai du faire des ménages et du repassage en passant par la case gardienne d’immeuble â nettoyer les poubelles. Et pourquoi pas se prostituer me suis je demandé alors que je subvenais difficilement a mes besoins. La réalité monsieur c’est que nombreuses sont les personnes qui essayent de joindre les deux bouts et vous l’avez très bien décrit et peu importe le chemin l’épuisement moral et physique se font forcément présents dans ces cas là et oui on prend tous 10 ans dans la figure...

  • Richard, je n’ai qu’une chose á vous dire c’est BRAVO d’avoir trouver la force d’arrêter et je dirais même plus MERCI pour vos proches . Car il ne faut pas oublier la souffrance des proches dans ces moments là. Ne lâcher jamais que ce soit pour vous ou pour ceux qui vous aime. Ca a été courageux d’arrêter maintenant il ne faut plus jamais recommencer...

  • J’ai vécu jusqu’à il y a 3 mois dans un 23 m2 minuscule deux pièces. L’humidité avait été camouflé par de la peinture et lorsque celle-ci s’est estompé des fissures sont apparues et une fuite d’eau dans la chambre. Les propriétaires qui nous font vivre dans ces conditions me font honte. Sous prétexte que l’on est près de Paris is se permettent tout et n’importe quoi... Je te comprend.

  • J’ai lu votre récit avec grand intérêt. Je me retrouve dans votre souffrance. J’ai, je et je donnerais sans compter jusqu’à la fin et j’ai une exigence par rapport á l’amitié sans limite. N’y aurait-il pas un lien étroit entre donné et recevoir ?!

  • Écriture simple mais efficace... Ne jamais se fier aux apparences... Telle est la leçon.

Amis :