Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Jean-Charles Lapierre

Usine à 17 ans - Armée (Maroc) - Milité "Auberges de Jeunesse" - Etudes Fac à 30 ans (sans le bac) - Milité PSU (Mai 68-Larzac-etc) - Concours Ingénieur Ville de Paris (Protection Eaux souterraines) ...


Récit

Virages  

Comment un petit-fils de métayers devient ingénieur.

Mon avenir était là devant moi, tout tracé, dans ces usines puantes, à synthétiser des produits complexes, pour on ne savait trop quelle finalité.

Publication : 2 mai 2014

Durée de lecture : 13 mn

Nombre de mots : 2690

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Je viens de lire (de relire plutôt) votre texte.
    "Je suis devenue ta curatrice pour être ton autre, ta voix...". C’est là une situation extrêmement lourde, pour ne pas dire écrasante pour une jeune personne comme vous. On est saisi devant la totalité de votre prise en charge de la situation. Et aussi par votre façon de renvoyer le "regard" des autres... Bien vu aussi la "traite des fous" ... On ne peut qu’admirer votre dignité exemplaire.
    Jean-Charles Lapierre.

  • Edifiant votre récit, que je viens de lire. En effet, épuisante est l’énergie qu’il faut déployer pour sortir de la place, de la case que vous a assigné la "Société" au départ...
    Mais de l’énergie, je crois que vous en avez à revendre, c’est pourquoi vous devriez en sortir par le haut.
    J’ai connu autrefois un cas de figure du même ordre, mais les données étaient bien différentes...
    Bonne chance.
    Jean-Charles Lapierre

  • Merci à Kahina S. pour ses bienveillants commentaires. C’est très réconfortant...
    Il semble que là, une partie des objectifs de ce site et de cette collection soit atteinte. En effet, une résonance s’établit, que nul n’avait précisément cherchée, hors du temps, et de l’espace. C’est un peu comme une pierre lancée sur l’eau et générant d’innombrables ricochets...

    Jean-Charles Lapierre

Amis :