Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Libellule

Chacun doit vivre selon ses aspirations et non se laisser embrigader par une secte . Sortir d’une secte est une ouverture au monde et une découverte de soi .


Récit

En cage  

Comment vivre avec des parents adeptes d’une secte ? Le parcours d’un lent affranchissement.

Tantôt privée de fréquenter une personne parce qu’elle n’était "pas assez bien", tantôt bataillant pour avoir un semblant de vie sociale - conditionnée et surveillée -, j’ai fait le choix de m’enfermer dans ma chambre et de rêver ma liberté.

Publication : 14 février 2014

Durée de lecture : 4 mn

Nombre de mots : 960

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Je trouve votre expérience intéressante surtout dans le fait que vous avez malgré tout fait en sorte de remonter la pente. Comptez-vous écrire un futur récit racontant votre réussite dans la vie ?

    Cordialement,

  • C’est un beau récit. Vous avez bien fait d’aller voir un psy ;on voit votre besoin d’exprimer tous ces sentiments refoulés. Le plus dur c’est de sombrer dans cette solitude non désirée. Je vous souhaite d’y remédier un jour.

  • Ce récit montre tout simplement que nous sommes victimes de victimes. Votre père ayant été torturé à la guerre a gardé un désir de vengeance et s’en est pris à des cibles vulnérables. Le pire c’est l’attitude de "ne pas se faire remarquer " face au garagiste et d’exercer sa monstruosité face à sa famille lorsque personne ne le voit bien sur. Ayant vécu des choses similaires je pense que dans toutes les familles ça se fait malheureusement. Je me demandais vu sa violence démesurée si actuellement vous avez de grosses séquelles.
    Cordialement,

  • @ Abby Asslem :Certaines personnes trouveront leur bonheur dans la religion. Pour ma part et pour d’autres personnes qui ont étés CONTRAINTS à suivre un culte dès l’enfance ce ne fut que privation de liberté et intolérance. Seuls ceux et celles ayant eu ce parcours savent .
    On peut dire tout ce qu’on veut mais les parents dans une secte seront toujours contrariés si le choix de son enfant est de devenir athée ou même d’adhérer à une autre idéologie d’où mon emploi non exagéré du terme intolérance.
    J’ajouterai à cela le non respect des sectes envers les autres religions qui existe partout et cela on ne peut pas le nier. Bien entendu la secte se suffit à elle même et est unique vérité absolue (selon les adhérents).
    Après si ça fait le bonheur de certains c’est leur choix...
    P.S : j’aurai préféré que mes parents s’intéressent davantage aux "bonnes notes" dont tu parles et moins à l’image de la famille face à la secte j’en parle dans mon récit implicitement d’ailleurs c’est tout ce que je leur demandais mais à mon détriment ils seraient plus satisfaits si je devenais femme au foyer mariée à un pasteur que médecin.

  • Merci à tous pour votre intérêt et vos commentaire,
    @Hélène Vignal :effectivement comme je l’indique dans mon récit la science a été mon espoir et mon ainsi ma sortie de secours de ce monde totalitaire. Merci pour vos références : j’en ai bien pris note et n’hésiterai pas à me renseigner.
    @Sabine Aussenac : Je suis bien consciente que le combat pour me défaire de l’enseignement sectaire dure pour toute mon existence. Leur influence sur notre esprit est très important surtout quand on a été conditionné dès l’enfance à leurs restrictions.
    @Corinne Grenier : Vous avez juste quand vous dites que les médias abordent peu ce thème. De plus quand il est abordé cela manque d’objectivité et j’ai même constaté de faux témoignages de personnes connaissant les sectes de loin. Ce que vous dites est vrai quand vous parlez de leur "envahissement dans la formation pour adulte" et cela va même très loin. Il existe des centres de formation et des entreprises qui recrutent des personnes ayant l’objectif de les faire adhérer à la secte dans l’avenir. Je ne me suis jamais renseignée pour savoir s’il existait des centes d’écoute pour les rescapés de sectes mais je pense qu’il faut dans un premier temps alerter davantage le problème dans les écoles par exemple pour que les enfant ayant eu une enfance comme la mienne puissent au plus vite prendre conscience du problème.