Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Liredeslires

Dire comme derrière un écran.

Abonnements :



Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Mais ce n’est pas le plus grave de votre commentaire : " La vôtre est seulement colorée plus à droite qu’à gauche en raison de de votre ignorance." Eh ben... Merci de rappeler que quand on était de gauche on était fatalement plus intelligent. Ce qui se voit. C’est vrai que je suis tellement à droite !! Et j’en ai tellement honte !!

    Dernièrement pour Emmanuelle, s’il n’existe que du consensus et du sucre, ce n’est pas le monde dans lequel on vit.

  • Votre ignorance de la banlieue sus citée révèle au passage que jamais vous n’y avez habité. Moi seulement une trentaine d’année. On a plus de raisons de crier quand on est dans la merde oui.

    Par rapport à l’élite et aux quartiers qui les abritent, le texte de Diouma montre que quoiqu’on fasse il y a une résistance puisque l’ouverture qu’ils proposent n’est que superficielle. Elitiste et réservée à l’élite, hier aujourd’hui et encore demain.

    Ensuite sur l’école n’a pas s’adapter aux élèves et ne peut pas, elle n’est pas faite pour ça ; c’est une institution qui forme le citoyen à intégrer la société. Ce n’est pas l’individu qui forme la société à ses envies (malheureusement). Je ne dis pas que c’est la meilleure façon de s’épanouir, le conditionnement, mais comment critiquer un système qui n’a pas la fonction que l’on vise : l’épanouissement personnel. Bien sûr que l’école formate, ou conditionne si on veut édulcorer ; et c’est pire avec les prépas. Après si être capable d’abattre une somme de travail de dingue est comparable à "apprendre à penser"... Ou sont nos penseurs ?

    Ne pas mener une vie de con ? Mais la vie est con. C’est assez con de ne pas le voir.

  • Ah ! Il existe des méchants sur ce site ? Merci pour le café dans mon sucre.

  • Mais oui ils ne se hurlent pas dessus en banlieue ? Pourtant ils auraient des raisons de le faire. Ce discours au miel camomille sur la banlieue est exaspérant. Dans ce cas si c’est si bien, ou pas si mal, pourquoi ne pas y rester ? Pourquoi vouloir aller dans les beaux quartier ? L’idéal petit bourgeois s’est insinué partout.
    Quant à la prépa on ne peut pas reprocher à ces gens d’exclure l’étranger. Ce serait pareil en banlieue (conditionnel et présent de l’indicatif). L’homme est xénophobe de base, plus ou moins, et ça se soigne.
    Dire toujours l’éducation nationale qui n’est pas faite pour les gens, mais oui, il faut que l’éducation nationale s’adapte à l’élève ! Tous les élèves, les milliers, millions, d’élèves ! Ce discours démago de gauche pouah ! Comme si la vie devait s’adapter à nous, à chacun dans sa petite subjectivité, miniscule en espace et en temps, perdu dans le cosmos ! Mais quelle outrecuidance !
    Ce n’est pas une question de valeur intrinsèque : il y a des codes et des résistances pour tout le monde... D’autres y arriveront. Je le dis parce, dans ce texte, il n’y a que de l’échec (alors que tu as sûrement évité un formatage de cerveau et une vie de con, ce qui est plutôt positif ?)

  • Belle expression du néant de la vie, dans le style comme dans le fond.

Amis :