Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

LN MB

Pourquoi je n’accepte pas le décès de ma petite mémé ?


Récits

Le son des cloches retentit  

Des départs.

J’aime la vie que nous avons dans notre village même si les fins de mois ne sont pas toujours évidentes.

Publication : 3 novembre 2014

Durée de lecture : 6 mn

Nombre de mots : 1330

Sauver notre école de village  

Comment sauver une école de village de la fermeture ?

Notre école de village était plus que menacée de fermeture. Nous sommes venus, comme la plupart de jeunes parents, dans ce village car il y avait une école, cette proximité était primordiale pour nous.

Publication : 24 novembre 2014

Durée de lecture : 6 mn

Nombre de mots : 1210

Ils ont aimé :


A ELLE  

Le décès d’une grand-mère

La couture a été comme une évidence pour toi, tu as réalisé de nombreux modèles sur mesure, des robes de mariées, tant dans ton village natal qu’à ton arrivée en France.

Publication : 4 mars 2015

Durée de lecture : 10 mn

Nombre de mots : 2100

Ils ont aimé :


Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • bravo pour ce récit, nos liens familiaux sont vraiment la base !

  • Bravo pour ce récit, être mère n’est pas une évidence pour toutes ! perdre un être cher est toujours une dure épreuve mais il reste quoiqu’il arrive dans notre coeur et notre façon de vivre le présent ...

  • merci pour votre commentaire, c’était notre ange gardien et notre protectrice : c’est exactement cela !

  • merci pour votre commentaire :) oui elle a connu ses arrières petits enfants mes 2 garcons et notre nièce : nous étions sa fierté et elle était la nôtre !!!!

  • merci à toutes les 2 :j’ai cherché un texte de Rh fatiguée mais enragée, je ne vous ai pas trouvé...
    J’ai lu celui de Sandra A ; vous avez raison de vouloir profiter de votre vie , elle est si éphémère...
    Je suis quelqu’un qui va souvent chez le doc autant pour moi que pour mes enfants, j’avoue que depuis que je fais plus de sport je suis amenée à y aller moins souvent. J’aime que mon médecin m’écoute patiemment ...
    2 de mes amies m’ont fait remarquer que je ne parlais pas assez de ma mémé dans ce récit, elles s’attendaient à plus sur elle ,sa vie, notre lien qui nous unissait !
    Le prochain sera sur l’école de mes enfants +
    et le suivant j’approfondirais plus l’arrivée de ma famille de Sicile vers la France
    merci encore ...

  • merci ... avant de répondre à ce commentaire qui me fait très plaisir , j’ai lu d’abord votre texte "ligne 11 " du coup, j’aurai un autre regard la prochaine fois que nous prendrons le métro , nous venons à Paris tous les ans , les 2 parrains de nos enfants y habitent...
    je suis bien incapable de comprendre et de me diriger dans le métro d’ailleurs...
    ce petit texte est pour moi une espèce de"thérapie" pour que j’avance dans ces deuils qui sont si dures à surmonter
    surtout celui de ma petite mémé qui me manque encore plus jour après jour ...

Amis :