Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Margarita Perea-Zaldivar

Ce qui m’intéresse dans le travail d’écriture, c’est de partir de la réalité et, par la fiction, de la rendre palpable, proche, sensible. Je cherche à passer du récit de vie brut, de la parole apparemment ordinaire au roman en me glissant dans les interstices du réel, en reconstruisant les détails afin de donner du sens aux situations courantes de la vie.

Pour cela, je prends en notes les paroles que j’entends, les situations que j’observe et je les intègre ensuite dans mes histoires.

J’enseigne la communication dans un lycée de la banlieue parisienne. Je suis auteur d’un roman, "Le chemin du Perthus" (L’Harmattan) qui raconte l’exil d’un couple au moment de la fin de la guerre d’Espagne. J’anime un atelier d’écriture.


Récit

De l’autre côté de la rue  

Un texte à deux voix : celle de Fatiha, femme de ménage et celle de sa « patronne », Florence, professeur. Une résonance.

J’aime bien aller au centre social le mardi parce que c’est la journée lecture. Moi, je ne lis pas : je suis analphabète, comme la plupart des femmes qui fréquentent cette activité, mais un homme et une femme d’une association viennent nous lire des extraits de romans et nous racontent l’histoire.

Publication : 12 mai 2014

Durée de lecture : 43 mn

Nombre de mots : 8640

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Un texte magnifique, une écriture ciselée, travaillée qui nous embarque dans le tunnel, aux côtés du conducteur.

    Et je sais maintenant que celui-ci est le maître du temps d’ouverture des portes, qu’il détient le pouvoir de faire courir les voyageurs ! Je pense à lui (ou elle) désormais quand je suis sur le quai ou derrière la vitre sans tain.

  • Merci Christophe pour ce commentaire qui me touche et m’encourage à aller dans le sens du "reportage social", reconstruit par l’écriture dans le plus grand respect des gens dont on rapporte la vie. Je dois vous dire que votre récit m’a également beaucoup plu et donné envie de participer à l’aventure de "Raconter la vie".