Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Molloy

Empêché.


Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Bravo. Quel bien ça peut faire de voir quelqu’un qui livre sa rage et avoue ses sentiments de haine, cette haine qui n’est bien sûr pas le trait d’une personne mauvaise mais pur produit sur un corps et un esprit sain d’un environnement malade. Récit à chaud mais dont on sent bien qu’il a été mûrement écrit. La pression des journées de boulot est traduite de manière aiguë dans la tension du texte et de saisissantes saillies ("j’imagine des sabots fendus dépasser des joggings...") nous tendent un miroir au tain cru et pas déformant du tout, hélas ! Pour reprendre Hélène Vignal, l’écrivain est là.

  • Bonjour,
    Cet Arthur semble être un personnage de Beckett ou de Bernhard oublié dans une petite maison avec une radio, des livres et un bloc de papier et qui aurait trouvé son auteure sous votre plume.

Amis :