Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Myriam Gharbi

Née au XXe siècle en région parisienne, j’aime la vie des autres, celle des anonymes et des moins anonymes, le récit autobiographique m’intéresse, de formations multiples et également autodidacte j’aime communiquer des idées, des émotions.


Récit

Je ne cherche plus de travail  

Etre correspondante de presse locale.

J’ai exercé disons de multiples métiers, pour lesquels j’étais plus ou moins bien formée, apte, je vais les énumérer dans l’ordre, y compris les petits boulots qui ont duré quelques jours, il se peut que j’en oublie : caissière dans une boulangerie industrielle, femme de ménage dans des bureaux, stagiaire en taille de pierre, baby-sitter, vendeuse en charcuterie, vendeuse de chaussures, caissière dans un Félix Potin, agent des services hospitaliers, caissière-vendeuse à la Samaritaine, formatrice pour adultes en difficulté d’insertion, documentaliste dans une école des hôpitaux de Paris, documentaliste, puis iconographe, commerciale dans une grande agence photo parisienne.

Publication : 5 janvier 2015

Durée de lecture : 4 mn

Nombre de mots : 860

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • J’ai perdu une des mes sœurs, suicide. Très difficile, très culpabilisant, même plus de vingt ans après... on se dit qu’on aurait pu faire quelque chose, le suicide est très agressif pour l’entourage. Alors avoir envie de vivre, c’est bien. Bravo !

  • Pour ma part, je trouve ce texte inconfortable car quelque chose me gène, le mépris pour les gens.

  • Venez à Tournefeuille, à l’Ouest de Toulouse, nous nous retrouverons au cinéma Utopia, un lieu chaleureux où on ne se sent jamais ni seul ni isolé, si on ne veut pas voir un film, on se met près de la cheminée, on boit un verre, on papote. J’y vais souvent le dimanche apm.
    Amitiés
    Myriam

  • Merci pour votre récit, digne d’un historien du temps présent :) il aide à comprendre ce qu’il se passe de l’intérieur d’une entreprise. C’est bien cynique tout ça. Connaissez-vous l’auteur Dominique Manotti ?
    http://www.dominiquemanotti.com/
    Elle est historienne, spécialiste du 19e siècle, ancienne prof d’histoire en Seine Saint-Denis, devenue auteure de romans policiers. Elle a la plume acerbe et elle s’intéresse au monde du travail, à la vie politique, à l’histoire.
    En tout cas, bravo d’avoir résisté comme vous avez pu le faire ! Vous n’êtes pas seul et c’est vous qui avez raison !
    Amicalement
    Myriam

  • Ces jeunes qui n’écoutent pas en cours et bavardent ne savent pas quelle chance ils ont de pouvoir apprendre dans de bonnes conditions. Plus tard on le regrette et on revient aux études avec des lacunes parfois qu’on traîne depuis l’école primaire. Rendre l’école ludique, non ça ne sert à rien, c’est de la foutaise à mon avis, est-ce qu’apprendre est ludique ? Non, c’est un effort. Le résultat en revanche est un plaisir.
    Beau récit, merci

Amis :