Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Octau

Paradoxe

J’aime le orange couleur de la contradiction
Je n’aime pas...
A vrai dire, il n’y a pas grand chose que je n’aime pas, le blanc et le noir dissociés.
Car j’aime les pulls norvégiens
Je n’aime pas l’idée d’être dirigeante, ni dirigée. Pas facile à vivre !
Tout en étant très sociable, allo centriste, dévouée à la cause de mes congénères, individualiste, dotée d’un esprit libre au sein d’un groupe , j’aime la tribu dans laquelle j’atterris. Je sympathise avec tout le monde, mais ne fraternise pas facilement.
Je ne suis pas les mouvements de groupe, si quelqu’un devait commander ce serait moi !
Je suis la tête, je suis le bélier, mais pas grégaire ! je ne sais pas me taire !
À oui ! j’ai oublié. Je suis un peu provocatrice, ou bien BOUFFON ? Selon votre appréciation, votre compréhension et déduction personnelles, car tout compte fait c’est ce qui comptera.
Je ne fait pas d’humour, je ne suis pas britannique mais, de l’esprit et en groupe je suis un très mauvais esprit.
Ma devise est d’essayer de gagner du temps pour ne rien faire. Ah ! Ah ! À première vue, quelle feignasse je fais ! Mais non ! En fait, ce que je fais, j’essaie de le faire vite et bien pour ne pas avoir à y revenir.

En conclusion, JE suis, VOUS êtes, NOUS sommes,
Restons nous-mêmes et bonne semaine !
(OCTAU) mms moi


Récit

Je n’ai connu que le mal au cœur  

Avoir été un enfant placé.

Il ne fallait aucun bruit, rien qui puisse leurs rappeler que nous étions là.

Publication : 7 janvier 2016

Durée de lecture : 20 mn

Nombre de mots : 4130

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Oui comme j’ai pu le préciser j’étais mieux institutionnalisé je me doute que ni toi ni les autres éducatrices et éducateurs n’étaient au courant de notre vie avant le logis sainte clair la confidentialité oblige c’était pour certaines dur lourd presque du domaine de l’inconcevable
    Voilà pourquoi cela dérange encore lorsque l’on en parle à cœur ouvert les gens de ma génération me font la tete d’avoir le courage ou la bêtise dans dévoiler les dessous de notre histoire à tu lus sur inter net à etiennette Octau c’est en quelque sorte la suite puisque j’y est peint ma vie d’adulte et mère dans cette société qui m’a abonnée à la solitude
    C’est plus long enfin peut-être pas
    Un autre raisonnement pratiquement au jour le jour un bout de papier et un stylo mon servi d’excutoir et voilà !après des années cela ne change rien . J’ai traversé les tempêtes et orages
    J’ai moi aussi de très gros bagages 2 fils et un petit fils deux belles filles charmantes et intelligentes donc une vie future rassurante bien à toi Alain a bientôt je t’embrasse

  • Nous sommes en faite les derniers témoins des conséquence de la démence et violence en silence. Les reliquats de la dernière guerre il ne faut pas se leurrer ces gens chez qui nous étions
    Placé
    était eux mêmes des mal mené désespéré ,d’avoir perdu une partie de leurs jeunesse
    Matériellement les conséquences sont immédiate et visible psychologiquement le temps nous en fait état

  • Il ni a effectivement que les gens qui on vécu ce genre de relation qui comprenne les ressentis de telles situations
    J’ai survécu sans jamais n’avoir rien compris d’ailleurs je viens de prendre 54 ans et jamais personne ne s’est demandé ce que j’étais devenue étonnant ! (Membre de ma famille )
    S’en est même désolant (les Octau sont des chameaux)
    Bravo vous avez suivit et réussie des études moi j’ai encore aujourd’hui le cerveau constipé car tout me paraissait désuet quand à savoir des choses du style combien la Tour Eiffel mesure pour passer un cap là n’étaient pas mes priorités mais bon
    Mon passage en institution ma été salutaire quoi qu’un peu andicapant être institutionnalisé relève d’être enfermé durant plusieurs années vous fragilise lorsque l’âge vous est venue d’être de nouveau remise dans la rue j’ai eue l’impression que les gens disaient et fessaient n’importe quoi la jungle Hurbanisé au secour !.... J’ai donc été éduqué en décalage des gens de mon âge ce qui se ressent encore aujourd’hui
    Comme la , pub des rillettes je n’ai pas les même valeur moral que les personnes de mon âges
    Bien à vous (Octau) Mme moi

  • Oui , Dominique il en faut de la ténacité et pugnacité afin de contrer tous ses désirs d’échec que l’on a pu avoir à votre encontre et réussite
    Je le pense encore aujourd’hui qui est plus difficile et improbable de sortir d’un tel désarrois affectif quand les violences physiques et morales furent occasionnées par un membre direct de la famille une trace indélébile qui constituera les piliers de la vie futur de la structuration de votre propre vie familiale
    Deux façons de dire les choses qui ont des points fort en communs et qui pourtant qui font toujours partie des choses et vécu que personne ne veut entendre parler
    Une telle misère ne s’invente pas voilà pourquoi j’ai longtemps appellé et intitulé notre situation
    Le cercle des estropiés
    Mon chère ( ère parce que c’est une femme ) me dis , ce que je trouve fort que je s’ouffre d’une
    Pathologie toxique . Dominique, où est passée cette mère ?désarmée par la vie et votre succès

  • Je pense que l’aide à l’autre passe beaucoup par l’apport du remplissage se son propre porte monnaie ce qui fait que pleins sont sur le marché croissant de la convoitise commerciale des lieux d’habitations médicalisé pour anciens jeunes c’est ce que j’en est tiré comme conclusion de la lecture de La dernière maison
    Possible que jus mal compris (Octau) Mme moi

  • Belle description du service rendu à l’autre qui n’est en réalité l’outil de réussite monnaitaire personnelle
    Dans toute les institutions j’y retrouve cette façon de faire ou tout le monde s’occupe de tout et de rien
    Parce que personne ne fais plus rien avec une grande conviction , cela n’ai pas rassurant
    Toute notre vie nous sommes à la merci de l’autre j’espère que cela changera avant l’aube de notre propre veuillesse afin de ne pas nous retrouvé dans des mouroirs ou sera rangé en silence votre histoire

  • Merci Emmanuelle j’irai voir sur YouTube et je mettrai un commentaire

  • La vie n’a pas toujours la couleurs ni le goût du temps présent il en résulte souvent des relents d’un passé nauséabonde où chacun fini par y trouvé ça place j’aime beaucoup ce récit Susana fait partie aussi de mon quotidien sous un autre prénom mais voilà ! On ne peu s’en détacher
    Je dis souvent que la vie ne nous a pas rien appris mais elle nous a tout pris au commencement de notre vie c’est cela qui en font de nous des personnes noyées dans cette jungle . Oh j’en sur d’autre s’en débattent sans faire de bruits ou l’on évite de l’aient entendre afin de se concentré sur une seule personne c’est cela l’amitié jusqu’à ce qu’elle n’ai plus besoin de n’autre soutien

  • Le 22 janvier à l’espace bar du théâtre des deux rives à Rouen 76000 43 Louis ricard à 19 h le thème est l’abandon (lecture à deux voix) conseils il vaut mieux s’inscrire au 0681772088 art et abandon des artistes racontent

  • C’est un sujet dès plus sensible, par exemple le sais mes fils eux même surtout mon dernier n’aimerais pas dutout voir que j’etale ma vie, notre histoire familliale au grand jour je ne sais si j’ai bien fais pour moi c’était une nécessité voilà c’est fait d’ailleurs en allant sur internet la suite en est à votre disposition

  • Il y en a très peu car les gens portent cela comme une honte moi aussi j’ai honte mais c’est ce dont ils mon fait ils en a d’autres mais plus doux déjà moi l’on m’a demandé d’enlever les noms mes réflexions personnel on été enlever enfin comme je le dis personne ne veut plus entendre parler merci de votre visite Aliette

  • Félicitations pour votre enthousiasme a livré de votre temps à d’autres gens et personnes toutes aussi méritante et si peu dire enivrante d’histoire juteuses merci aussi de les avoirs nommé par leurs prénoms à tour de rôle surtout qu’en ce moment on se plaît à nommer les gens "des individus" c’est irrévérencieux
    On vois sur l’échelle de l’humanité la difficulté à rester sur son pieds d’estal pour certains le plus dur est dis avoir été et dis être redcendu dans la rue merci à toutes et tous d’être là pour elles et eux bon voyage au pays de braves gens (Octau) Mme Moi

  • Beau texte effectivement chacun ses sons la responsabilité des autres je le crois ne s’apprend pas c’est inné ou une nècessité quoi qu’il en soit l’un sans l’autre l’on n’est rien (Octau) Mme Moi

Amis :