Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Paralettre

Je communique de préférence par écrit.

paralettre.blogspot.com


Récit

Je suis une mauvaise nouvelle  

Le poids de l’histoire familiale et de l’amour d’une mère qui n’a pas désiré son enfant et verbalise l’ambivalence de ses sentiments maternels.

Mon père travaille dans une carrière de marbre comme il l’a toujours fait, mais il n’est plus le fils du patron. Mes sœurs et mon frère ne sont plus des petits-bourgeois.

Publication : 17 juillet 2014

Durée de lecture : 6 mn

Nombre de mots : 1250

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • J’ai lu votre texte et j’ai pensé que ce site avait sans doute été créé pour ça, pour que l’on puisse découvrir des récits comme le vôtre et se sentir fière ou fier d’être un être humain.

  • Bonjour Marie,

    Je suis ravie de lire votre réponse. Bravo d’avoir réussi le tabula rasa... Je le ferai un jour... Je choisirai aussi le bord de la mer... où de vieux arbres sont penchés à cause du vent.

  • J’ai lu et je me retrouve sans voix devant votre récit. Sans voix et en admiration.

    J’aime votre blog aussi.

    Alors à bientôt !

    Christine / Paralettre

  • Merci. Je suis assistante, moi aussi. Assistante, après des études universitaires en musique et en histoire de l’art (des études inutiles ?). Je suis assistante depuis près de trente ans. J’ai travaillé pour plusieurs employeurs, à différents titres : secrétaire, adjointe administrative, adjointe à la direction générale, secrétaire de direction, adjointe exécutive, coordonnatrice… j’ai changé souvent pour fuir le patron, échapper au burn-out et tenter de trouver mon vrai-soi. C’est toujours à recommencer. Alors merci encore pour ce récit. Je me sens moins seule.

  • Ah ! Voilà un écrivain !

  • N’abandonnez surtout pas, ni votre écriture, ni votre vrai Soi.

  • Bonjour !

    Ce que j’ai le plus apprécié dans votre récit, ce sont vos phrases courtes. Vos phrases de trois mots sont plaquées avec force, comme de puissants accords sur un piano. J’aime ça.

    Merci.

    Christine (Paralettre)

Amis :