Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Patricia Gauguery

Entendre, comprendre, être entendue, partager, accepter l’autre, être solidaire.


Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • J’ai modifié mon billet de train.
    je me suis connectée sur votre blog et je vais continuer à le faire.
    Merci pour ces témoignages précieux

  • Il y a quelques heures, mon ex-mari m’a confirmé le diagnostic : cancer du rein.
    Il y a un an, il a subi une grave opération du cœur. Vendredi, l’urologue définira les modalités d’intervention. Lundi, il sera hospitalisé en cardiologie pour la pose d’un défibrillateur.... Il est à Nantes, je suis à Paris... Je suis plus souvent à Nantes qu’à Paris.
    Je l’ai toujours accompagné.
    Je ne suis pas une femme que la joie de vivre caractérise. Mes sentiments sont terriblement confus : je ne voudrais pas par mon pessimisme, mon mal-être, lui "rendre la tâche plus difficile". Quand je lui dis que je peux revenir plus vite que prévu, il me répond "Viens quand tu veux, mais vois le soleil briller." Il est dans la Vie et c’est admirable.
    Je n’ai pas encore modifié mon billet de train.
    Votre récit m’a beaucoup touchée et je vous en suis infiniment reconnaissante.
    Permettez-moi de vous embrasser.

  • Gardes blanches, gardes couleurs, singalette, cartons, carte et tranche file, dos et coins cuir, plat dos, titres, nerfs sertis... C’est une des nombreuses petites listes que ma mère écrivait soigneusement après avoir fini de relier un ouvrage. Musset, Molière, Daudet et tant d’autres... ces ouvrages sont là dans ma bibliothèque.
    Ma mère ne parlait pas mais je savais qu’elle s’était inscrite à un cours de reliure.
    Elle ne m’avait jamais montré ces ouvrages abîmés par le temps et qu’elle avait si bien "réparés".
    Grâce à votre beau texte, j’ai pu mieux connaître un domaine qui lui avait amené une satisfaction tant recherchée.
    Merci infiniment.

  • J’aurais tant aimé rencontrer une personnalité comme vous pendant ma scolarité.
    Laissez-moi rêver : j’aurais passé mon bac, je serais allée à l’université, j’aurais très probablement moins "galéré" pendant toute ma vie professionnelle (même si , en définitif, mon parcours s’est plutôt bien déroulé).
    Merci pour ce beau récit et pour tout ce que vous avez réalisé avec ces jeunes ! Patricia

  • merci pour ce récit.
    J’ai exercé des fonctions de syndicaliste très engagée et j’ai défendu énormément de salariés dans votre cas. J’ai su le faire car j’ai moi-même eu à faire face à cet acharnement de la hiérarchie et aux comportement craintifs ou lâches de mes collègues.
    Isolée, renfermée sur vous même vous avez été affaiblie et SURTOUT vous avez été une victime dès le début du processus. Ce fut difficile à vivre mais vous avez fait face. A ce titre, vous avez été extraordinairement courageuse. Que soyez toujours en colère, indignée face à de telles situations, c’est important. Mais une chose est certaine : vous pouvez être fière de votre parcours. Profitez de la vie !

Amis :