Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Rassena

Clopin... Clopant... Du bidonville à la soif de liberté...


Récits

La mémoire des murs  

Naître dans un bidonville, grandir en H.L.M. et à la DDASS.

Ces deux vies misérables, de déracinés, d’écorchés vifs, d’humiliés devinrent mes parents. Leur équation était faussée d’avance, le résultat désastreux, presque inévitable. Voilà mon valeureux héritage.

Publication : 23 juin 2014

Durée de lecture : 33 mn

Nombre de mots : 6640

Je m’accroche à mes pinceaux  

Une reconversion tardive dans le domaine du maquillage.

Mais c’est bien beau toute cette véhémence et maintenant que je me suis inscrite à Pôle Emploi, que vais-je bien faire de mes dix doigts ?

Publication : 8 juillet 2014

Durée de lecture : 7 mn

Nombre de mots : 1580

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Bonjour et merci Anne-Marie Jeanjean !

    Oui ce métier est passionnant mais de + en + difficile d’en vivre...
    Quoiqu’il en soit j’adore ce que je fais et effectivement ce n’est jamais pareil.
    Merci en tous les cas de votre commentaire ; je suis heureuse que vous ayez pris le temps de le lire et de le commenter.
    Belle journée à vous
    Nassera

  • Bonjour Annik,

    Merci de m’avoir aussi bien lue avec autant d’empathie...
    Je ne sais pas si j’ai trouvé la lumière, mais ma foi en la vie et l’humain est si forte, qu’elle me rappelle chaque jour de ne pas omettre de voir le coté positif que l’existence nous présente, malgré de grands détours.
    J’espère pouvoir mettre en ligne la suite (épique pour le moins) ....
    Merci de vos souhaits cela m’a vraiment beaucoup touché.
    A bientôt
    Nassera

  • Merci Raphaëlle, pour votre commentaire, ça fait plaisir !
    Bel été à vous

  • Merci beaucoup Catherine de votre commentaire, ça me fait plaisir.

  • Merci beaucoup Julien de votre commentaire, et surtout d’avoir "bien" lu mon récit ; malheureusement limité par le nombre de caractères comptabilisés... Et je suis d’accord avec vous ; cette France qui se lève tôt et ne se plaint pas. C’est d’ailleurs édifiant, pour le moins, quand on prend le métro vers 5h du matin, je suis souvent triste quand je vois ces visages fatigués, où l’on ressent qu’un dur labeur les attend... Encore merci.

  • Chère Kahina
    Merci beaucoup pour votre message et vous avez tout à fait raison ; faire ce que l’on aime n’a effectivement pas de prix, si tant est que l’on s’en donne les moyens.
    J’ai fait environ 10 métiers différents et celui là est le + précaire de tous et vous remplit de doutes, d’incertitudes et presque d’angoisses au quotidien.
    Mais j’ai fait un choix, alors il faut que j’en assume les "travers".
    Merci de m’avoir lue
    Bien à vous
    Nassera

  • Bonjour Catherine,
    Je vous remercie pour votre commentaire qui me touche ; je vois que vous avez bien lu chaque ligne et c’est vraiment plaisant de le savoir.
    La suite est déjà écrite et les péripéties qui ont suivies sont tout aussi "vivaces".
    Je vous souhaite un beau dimanche.
    Merci
    Nassera

  • Merci beaucoup Kahina S. ; en effet la suite existe, mais il y a un impératif sur "Raconter la vie" le nombre de caractères imposés. Je n’ai pu donc aller au delà, mais j’espère pouvoir publier le reste.
    Vous souhaitant une excellente journée.