Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Je me suis converti à l’Islam -
par Julien

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 25 septembre 2014

Durée de lecture : 3 mn

Nombre de mots : 760

Julien a choisi sa religion : l’Islam.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours cru en Dieu. Avant d’être musulman, j’étais catholique.

France Culture, émission "Les pieds sur terre" :


19 commentaires :

  • Cher Julien,
    Beau récit qu’est le vôtre ! Vous pratiquez votre religion en privé et je crois que vous vous en portez mieux. Vous êtes courageux d’écrire un récit portant sur ce sujet dans une ère où l’Islam n’est pas très bien perçu et où, lorsqu’on parle d’un converti à l’Islam, on entend souvent dire que c’est une personne en mal-être, précaire, marginale. Vous montrez aussi comment la pratique d’une religion, peu importe laquelle, peut complexifier les relations avec les autres (non-consommation d’alcool, de porc...) et finalement, on s’aperçoit que la tolérance des autres est assez ténue.

    Paix à vous,

    Kahina


  • Je vous remercie Kahina, votre commentaire est tout à fait pertinent et votre compliment me touche beaucoup. Il est vrai que le converti à l’Islam est considéré comme une personne sans repères. Pourtant, de nombreux intellectuels occidentaux se sont convertis et, aujourd’hui encore, des philosophes réfléchissent de manière passionnante sur les enjeux du religieux à notre époque. Vous avez raison, je ne peux dire le contraire, c’est assez rare de trouver des personnes tolérantes. Mais j’en ai trouvé, et elles sont d’autant plus précieuses ! J’irai lire votre texte.


  • Cher Julien,
    Vous avez raison, de nombreux intellectuels se sont convertis à l’Islam. Mais ce n’est pas d’eux que l’on parle le plus. C’est pour cela que je me suis limité aux convertis que l’on considère comme marginaux etc. La tolérance est une vertu de nos jours. Et pas seulement au niveau religieux. Aimez ceux qui vous aiment pour ce que vous êtes réellement !

    Bonne soirée,

    Kahina


  • Merci Julien pour votre témoignage plein de sincérité. Je suis très touché par votre histoire, ayant moi-même un enfant de 22 ans qui s’est converti récemment à l’Islam. Cela a été difficile à accepter au départ. Sa conversion a bouleversé notre famille de culture catholique. C’est souvent la peur et l’ignorance qui fait que nous nous éloignons de personnes différentes. A force d’écoute et de respect, il est parfois possible de se comprendre. C’est ce que j’essaie de mettre en pratique avec mon fils.
    Fraternellement,
    Pierre-Yves


  • Bonjour Pierre-Yves. Je suis moi même très touché par votre commentaire. Ayant un fils à mon tour, j’imagine la difficulté qui sera la mienne à accepter qu’il manifeste le désir de se convertir à une autre religion ou de n’en avoir aucune. Mais comment manifester mon désaccord quand mes parents ont accepté ma conversion ! Ce que vous faites avec votre fils demande une force immense. Par contre, en faisant ce que vous faites, vous transmettez à votre fils une grande tolérance qu’il devra à son tour transmettre lorsqu’il sera père. Ce n’est pas rien.

    Que la paix soit sur vous et votre famille


  • J’aime beaucoup votre récit, et votre personne dans ce qu’elle a de profondément humain. Pourtant je suis athée, je pense comme Jaurès que comme la nuée porte l’orage le capitalisme porte la guerre, et aussi le communisme porte le stalinisme et les religions leur intégrisme. Pour moi une religion est une représentation du monde, qui soude une communauté et fonde une morale estimable entre autres choses, mais qui est fausse parce que le monde réel est incompréhensible, inexplicable sur le fond, sauf peut-être le monde platonicien des idées. Il y a fausseté dans les religions, au moins dans ce dont elles difffèrent, et souder une communauté, c’est risquer d’exclure le reste de l’humanité. Mais je ne veux vous heurter davantage, et respecte au moins autant l’islam que la chrétienté, j’ai vécu au sein des deux. La paix soit avec vous !


  • Anveline S. :

    Bonjour,
    Quand je lis un texte je le lis vraiment. Bien que je ne sois pas catholique, je lis que vous trouvez cette religion "mortifère". Est-ce que vous vous rendez compte du poids du mot que vous employez ? Ensuite vous tenez un discours où soit disant c’est la découverte de l’humain qui compte mais vous écrivez que vous vous êtes converti pour lutter contre "les injustices de l’Etat français" et que vous ne connaissiez pas la religion musulmane au départ. Avec de tels propos comment voulez-vous qu’on croit à la tolérance que vous mentionnez en parallèle ? Enfin vous parlez des "vieux arabes qui doivent boire de l’alcool et manger du porc pour s’intégrer". Qu’est-ce que vous en savez ? Vous ne vous êtes jamais dit qu’ils pouvaient juste faire ce qu’ils veulent...


  • Bonjour Anveline, désolé de n’avoir pu vous répondre avant, j’ai eu un problème de boîte mail... Bref, je pense que vous ne m’avez pas compris. Je vais essayer de reprendre vos remarques dans l’ordre :

    • lorsque je dis "mortifère" vous avez sans doute raison le mot est peut être trop fort. J’entendais par mortifère une religion qui ne cesse de vous rappeler la mort et la culpabilité liée au pêché originel
    • je n’ai jamais écrit que je me convertissais pour lutter contre les injustices de l’Etat français ! Relisez mon texte. Je disais simplement que ma conversion coïncidait avec une période où je me politisais vaguement, où je me révoltais contre certaines parties de l’Histoire de l’Etat français. Ma formulation prêtait sans doute à confusion
    • enfin je n’ai jamais parlé des "vieux arabes" ! Je dis simplement que dans mon village, les seuls arabes à être véritablement intégrés étaient ceux qui mangeaient du porc et buvaient de l’alcool. Je ne dis pas que ce n’est pas ce qu’ils veulent, j’énonce un fait.

    En espérant avoir répondu à vos interrogations, n’hésitez pas à me contacter encore une fois si des passages de mon texte vous heurtent, je suis ouvert à toutes les remarques.

    Bonne soirée et joyeux Noël !


  • Anveline S. :

    Vos explications n’ajoutent rien à votre texte ni à ce que j’en ai lu. Je maintiens ma lecture du texte.


  • Merci pour ce texte authentique, plein de tout le "bon " qui anime votre cheminement...J’ai particulièrement retenu l’éloignement des amis avec lesquels on ne boit plus, mais aussi la différence de comportement lorsque les autres apprennent ce qui ne se voit pas, et que tout ce qu’ils savaient de vous semble modifié en un instant.
    que la Paix soit avec vous,


  • Je vous remercie pour votre commentaire Karine, en espérant avoir l’occasion de vous lire.

    PS : Ce que vous dites fait écho à ma lecture présente, à savoir "Les transclasses : la non-reproduction sociale", de Chantal Jaquet. Un essai passionnant, plein d’érudition, sur les personnes qui passent d’une classe sociale à une autre. Elle convoque pour cela la philosophie, la psychologie et la littérature. C’est très intéressant et tout à fait accessible. Je le recommande !


  • Bonjour Julien, salam,
    Merci pour ce beau texte ! C’est une façon saine et simple de présenter les choses.


  • Bonjour,
    Je suis français, de confession musulmane, et j’exerce le métier de consultant en marketing. Je consomme régulièrement de l’alcool, à l’occasion de moments entre amis. J’interviens ici pour dire mon ras le bol de lire des propos de français musulmans qui ne peuvent pas s’empêcher de prosélytisme alors que la France est un pays laïque. Vous êtes l’exemple même du" communautarisme" qui n’en finit pas d’être médiatisé, contribue à l’islamophobie, et au vote FN. Sachez Monsieur qu’on est nombreux à ne pas penser comme vous.


  • Bonjour,

    Permettez-moi Monsieur de vous dire que vous m’avez sans doute mal lu. Il n’y a aucun prosélytisme dans mon texte. Je ne débuterai pas ici un débat sur la laïcité (et comment elle est employée) mais sachez que je suis évidemment pour la séparation des Eglises et de l’Etat, et que je considère la confession religieuse comme appartenant au domaine du privé. Je ne vois pas en quoi je suis l’exemple du communautarisme, c’est même presque amusant de lire cela tant j’appartiens à plusieurs communautés différentes. La médiatisation, parlons-en : pensez-vous que ces dernières années ce sont les témoignages comme le mien ou les discours des extrémistes qui ont été le plus médiatisés ? Je contribuerai donc à l’islamophobie et au vote FN en parlant sereinement de mon expérience personnelle, sans haine aucune pour qui que ce soit ? Pensez-vous vraiment ce que vous écrivez ? Quoiqu’il en soit, je sais, Monsieur, que vous êtes nombreux à ne pas penser comme moi, et fort heureusement !

    Bien à vous,


  • Viktoriro :

    Bonjour Julien, Je ne sais toujours pas, après voir lu et relu pourquoi vous vous êtes converti et en quoi ça consiste d’être musulman. Viktoriro.


  • Bonjour, je n’ai effectivement pas développé cet aspect dans mon écrit, vous trouverez plus de matière dans mon témoignage diffusé dans l’émission Les Pieds sur Terre, sur france culture. Pour y répondre rapidement, car c’est une question complexe, je dirai que je me suis converti à l’Islam car je croyais en Dieu mais que la religion catholique ne me convenait pas pour plusieurs raisons. J’ai toujours eu du mal à assimiler le concept de trinité, et je n’ai jamais vraiment accepté la nature divine de Jésus. Le péché originel était également quelque chose qui ne passait pas, qui me dérangeait. Je me suis converti à l’Islam à la suite de recherches personnelles dans des livres, à la suite de longues conversations avec des amis musulmans et enfin, à la suite d’un rêve. Si étrange que cela puisse paraître, c’est ce rêve qui a fini de me convaincre. Ce fût une évidence, il fallait que je devienne musulman. Qu’est-ce qu’’être musulman : cela consiste à reconnaître l’unicité de Dieu, et à attester que le prophète Mohamed est son messager. Essentiellement. Ensuite, cela consiste à faire preuve de qualités morales, au quotidien : dans son rapport avec Dieu (suivre ses commandements : la prière, l’aumône,..), dans son rapport avec les autres (le bon comportement, l’hospitalité, l’entraide, le respect) et enfin avec soi-même (éviter les excès, la dépendance, faire preuve de mesure, le développement physique et intellectuel).


  • Liz :

    Bonjour Julien, souvent les gens qui se convertissent disent que heureusement ils avaient connu l’islam avant de connaitre des musulmans. vous-en pensez quoi ?


  • Bonjour Lizzi, désolé pour le retard, je ne me suis pas connecté au site depuis un bon moment. Je crois, si je ne dis pas de bêtise, que c’est le chanteur Cat Stevens (qui s’appelle désormais Yusuf Islam) qui a prononcé la 1ère fois cette phrase.

    Je dirai simplement que je comprends ce qu’il veut dire mais que je ne partage pas totalement ce qu’elle induit. Disons que la religion est instrumentalisée par les hommes et qu’à ce titre, je préfère me référer aux préceptes de Dieu et du prophète Mohammed, plutôt qu’à ceux des hommes violents et irrespectueux. Ce sont des banalités mais je préfère les dire tout de même. L’interprétation est autorisée dans l’Islam, contrairement à ce que l’on pourrait penser car une période de glaciation s’est installée dans ce domaine là. Mais lorsque l’Islam est utilisée à des fins violentes, je suis sûr que l’interprétation est mauvaise.


  • Comme je le dis dans mon texte, j’aime débattre et dialoguer, je crois encore au dialogue, avec n’importe qui. Mais sous certaines conditions. Sur des bases de respect, d’écoute. Et si nous plaçons l’humain au centre, si nous glorifions l’Amour au détriment de la haine. Ca fait déjà beaucoup ! Je sais, ce sont des propos naïfs et déconsidérés dans cette époque mais je n’en démords pas. Si un orateur est brillant, que ses théories sont intéressantes mais que l’on ressent une haine d’une partie de l’humanité dans ses propos, quelle qu’elle soit, je sais qu’il se trompe.

    J’espère avoir en partie répondu à ta question. Qu’en penses-tu toi, Lizzi ?



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.