Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Le silencieux -
par Camille Deschaff

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 11 septembre 2014

Durée de lecture : 4 mn

Nombre de mots : 970

La disparition d’un père.

Son discours accompagnait une radiographie où le noir avait pris la place du blanc des os.


2 commentaires :

  • notre vie, et notre vie sociale, sont sous-tendues par une"religion", quelle qu’elle soit, qui nous présente une image rassurante du monde et une solution, forcément fausse, au problème de la mort. Peut-être votre père croyait-il par exemple au progrès, à la science toute puissante, à la méritocratie. Il est révoltant en tout cas de voir un destin injustement et prématurément détruit. Je crains qu’il n’y ait pas de solution dans un monde tragique gouverné aveuglément par le hasard et la nécessité. Courage et fraternité.


  • Bonjour Camille,
    Les images de ce père aimant sont les plus précieuses à garder parmi toutes les autres ; c’est ce que je retiendrai de votre récit attachant.
    Bien à vous,
    Catherine



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.