Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Je n’aime plus les sciences -
par Léna Peregrin

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 29 avril 2014

Durée de lecture : 4 mn

Nombre de mots : 970

Le témoignage reconnaissant d’une jeune fille à ses anciens professeurs.

J’étais peut être prédestinée à faire tout autre chose, je devais sortir des chiffres pour me perdre dans les mots.


6 commentaires :

  • Il est bien sympathique votre récit . Je vous souhaite le meilleur sur la voie qui est désormais la vôtre.


  • C’est un beau témoignage qui parviendra je l’espère à vos professeurs. Cependant je ne peux m’empêcher de penser que selon moi on n’est jamais vraiment "prédestiné" à tel ou tel métier. La vie n’est pas un long fleuve tranquille, et on n’est jamais à l’abris de changements de cap, vous en aurez peut-être d’autres, mais c’est pas grave, c’est aussi cela qui lui donne sa saveur ! Avoir des envies différentes, pourquoi pas renouer plus tard avec les sciences, d’une autre façon, ou découvrir encore autre chose... !
    Bonne continuation en tout cas.


  • Bonjour,

    Un récit qui me pose, en tant que maman, sous les yeux, les interrogations que ma fille de 15 ans bientôt va peut être avoir. Ou qu’elle a déjà.
    C’est l’inverse pour elle, elle est perdue et ne sait pas ce qu’elle veut faire.
    je vais lui faire lire votre récit que je trouve lumineux.
    merci à vous !
    Sandrine.


  • "j’aime" et "je n’aime pas" sont les deux plus gros barreaux de notre prison intérieure...( Bouddha). Vous exprimez clairement et très bien une pulsion essentielle à l’humanité. Est-ce un luxe d’en faire son métier, au lieu de "ramer" en sciences, ce qui est socialement aussi utile et peut-être une condition préalable à toute émergence culturelle ?


  • Bonjour,

    Il faut parfois bien du courage pour faire un choix radical, pour abandonner cette partie de soi que l’on a érigé durant des années, et se rendre compte que c’est un "moi" quelque peu falsifié et que nos aspirations sont toutes autres. Cela vous a réussi !


  • Je fais mien le commentaire de Juliette qui se trouve ci-dessus quant à l’impression d’être prédestiné à ceci ou cela. Il s’agit parfois d’un sentiment fort qui donne un sens à ce que l’on fait, mais qui peut nous empêcher de rester à l’affût des changements qui se produisent en nous. Cette attention que vous avez eue à votre endroit quant à votre cheminement scientifique est le signe que vous êtes à l’écoute de vous-même. Grand bien vous en fasse, nombre de personnes mettront des décennies avant de parvenir à de telles prises de conscience. Bonne continuation !



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.