Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

À cause de son odeur -
par R. Caillon

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 23 février 2015

Durée de lecture : 8 mn

Nombre de mots : 1730

Aux Halles de Rungis.

Elle lâcha son nom comme une formule alchimique. Un monde à rencontrer, j’avais ouvert la porte.


4 commentaires :

  • Un texte poignant et percutant... Merci.


  • Bonsoir
    Je suis tellement touchée par la lecture de votre texte que je n’ai pas de mots pour commenter
    J’ai juste un souvenir qui me revient , quand j’assistais à des séminaires sur la littérature et la philosophie, où nous avions lu un texte , sur un enfant, dont personne ne savait d’où il venait. Il était juste là, et le groupe l’appelait " urbinek" parce qu’il avait un jour prononcé ce mot . Nommer, la condition de notre humanité ...
    Très cordialement


  • Merci pour ce beau texte. Merci pour Velena ! J’ai croisé dans ma vie, dans ma ville, quelques Velena. On leur apporte un peu de convivialité, un sourire, un petit service... Peut-on faire plus ? vraisemblablement oui. Et un jour elles disparaissent, sans que personne ne s’en soucie. Où sont elles ?


  • Oui un texte poignant qui nous rappelle que l’humanité est une et présente en chacun de nous, avec toutes ses faces y compris celles qu’on ne veut pas voir. Merci.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.