Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Aux enfants sans paroles -
par Bab

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 16 décembre 2014

Durée de lecture : 11 mn

Nombre de mots : 2230

Une éducatrice spécialisée travaille auprès d’enfants porteurs de handicaps. Quand les procédures étouffent l’humain.

C’est une vie de collectivité, il y a le bruit, tout le temps, les paroles des enfants sans paroles ; il y a notre voix quasiment ininterrompue, il faut répéter, commenter, répondre, interpréter, interdire, prévenir, discuter, argumenter.


4 commentaires :

  • Bonsoir,
    Toutes ces procédures, ces outils déshumanisants, ces grilles aberrantes vers quoi tendent-elles ? Toujours plus de déshumanisation. "Standardisation des pratiques" : cette expression m’horrifie. On ne peut agir de la même manière selon que ce soit Pierre, Paul ou Jacques ! L’être est reconnu sous le seul prisme de son handicap et je pense, d’expérience que ce n’est absolument pas ce qui aide le malade à aller mieux. Mais que pouvons-nous y faire à notre petite échelle ? Ainsi va la nouvelle marche du Monde !

    Bonne soirée

    Kahina


  • Bab :

    Merci pour ce message ! Oui le monde est infesté par ces nouvelles façon de penser ou plutôt de ne pas penser ! arrêtez de réfléchir ! appliquez la prescription ! que faire ? Je suis peut-être dotée d’une belle naïveté, d’un militantisme frôlant l’utopie mais je crois à la goutte d’eau dans l’océan ! Alors témoignons de nos pratiques donnons les à connaitre, continuons nos petits actes de résistances au quotidien même s’ils paraissent de prime abord bien dérisoires : on veut me faire mettre des croix dans des cases ? Je peaufine mes écrits professionnels, je pèse mes mots, choisie scrupuleusement mes tournures de phrases. Je dis oui,oui,oui...et je contourne, j’oublie...Ah zut !! Je lis les auteurs qui écrivent sur ces sujets, je tissent des liens, je collectionne dans des cahiers les phrases absurdes, les injonctions paradoxales, les exemples d’incohérences découlant de tout cela...Participer à l’aventure de ce site fait partie de ces petits actes de résistance. Dans la même semaine deux personnes m’ont m’a dit :" Ce n’est pas de la faute à... c’est les instances supérieurs..." Ah ben si c’est les "instancessupérieurs" plus personne n’est plus responsable de rien, y’a plus qu’à se taire et à appliquer bêtement.
    En tout cas tous ces échanges me redonnent espoir...
    A bientôt donc Kahina !


  • Bravo pour votre récit Bab plein de sensibilité,de compassion et de vie.
    Courage à vous !
    Cécile


  • Bab :

    Cécile j’ai vraiment trouvé que nos deux récits étaient tout à fait complémentaires.
    A bientôt
    bab



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.