Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 26 février 2014

Durée de lecture : 9 mn

Nombre de mots : 1840

Une prose poétique qui décrit l’AVC d’un proche. Comment accepter cet accident ? Comment aider ?

Je frappe, j’entre. Qui est ce vieux monsieur maigre, recroquevillé, assis dans un fauteuil, deux mains blanches posées – une sculpture en marbre – sur la tablette devant lui ? Mais qui est-ce ? Il lève la tête, regarde vers moi. C’est toi.

Ce texte est également à lire sur Infirmiers.com


3 commentaires :

  • Cette nouvelle/récit m’a arraché des larmes. Je dis récit parce que vous écrivez sur une personne, me semble t-il, qui existe vraiment. Je sens qu’il ne s’agit pas là d’une fiction. Que vous ne pouvez pas inventer. Je connais, pour l’avoir moi-même vécu avec ma mère, le parcours que vous décrivez. Que tant d’autres connaissent. Je ne m’appesantis pas. C’est bouleversant.
    Merci d’avoir trouvé les mots dans un style si particulier pour le raconter.


  • C’est tout ce que je sens dans mon ventre qui passe dans ce texte, je ne sais pas le dire autrement.... la tension des moments d’hôpital, accompagner comme on peut mais avec une force que l’on ne se connaît pas , et une sorte d’essoufflement permanent sous la tension, souffle court que l’on sent dans ces phrases haletantes


  • un merci réellement chaleureux et même assez ému à votre commentaire sur mon texte...



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.