Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Cet homme a menti -
par Raphaëlle B.

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 16 décembre 2014

Durée de lecture : 9 mn

Nombre de mots : 1990

Les vies multiples d’un homme que l’auteur pensait connaître.

Je ne peux pas me résoudre à le perdre, je l’appelle tous les jours, nous parlons. Il me demande d’oublier. Il me manipule encore.


3 commentaires :

  • Chère Raphaëlle,

    Votre texte m’a bouleversée, peut-être parce que je connais les enjeux, cette attente interminable, cette véritable meurtrissure de savoir que celui qu’on aime est dans les bras d’une autre. Malgré tout, espérer, encore et toujours. Malheureusement, je pense que c’est passer à côté de sa vie, que d’attendre un homme (ou une femme !) pendant que lui continue le cours de son existence. Je sais, tout votre être vous dit que c’est lui et pas un autre. Il faut accepter de fermer le livre parfois, même si c’est douloureux. Je suis convaincue que c’est un autre homme qui vous fera l’oublier. Vous finirez par vous rendre compte de ce que vous avez gagné.
    Beaucoup de courage,

    Belle soirée,

    Kahina


  • Bonsoir Kahina,

    Je vous remercie pour votre gentil commentaire. Il m’a beaucoup touché d’autant plus que j’ai lu avec attention votre écrit à propos de votre frère avec admiration. D’ailleurs ma première lecture sur le site !! Aussi un premier commentaire venant de vous m’a ému !
    J’ai écris ce texte en une journée, quelques jours après avoir reçu l’appel en question, il y a maintenant plusieurs mois. Une sorte de catharsis certainement. J’avais besoin de partager, de sortir la haine et l’incompréhension qui s’étaient emparé de moi. Il n’est jamais facile de réaliser (ou plutôt d’accepter) que la vie est bancale, mais pour ma part, le plus dur fut et est d’ailleurs toujours de réaliser que non, tout le monde n’est pas gentil. Un passage obligé à l’âge adulte je suppose, mais un peu brutal tout de même ! Et cet écrit m’a permis de trouver en quelque sorte le courage de dire non. Il est très facile de penser "non", il est beaucoup plus difficile de le dire. C’est pourtant le seul moyen d’être, et de reprendre le contrôle de sa vie. Partager ce non, ce coup de gueule avec la communauté m’a ensuite permis de le partager avec le principal intéressé. Et c’est aujourd’hui pour moi une victoire sur la barbarie du monde.

    Amicalement,

    Marie.


  • Chère Raphaëlle,
    Je vous remercie pour votre lecture de mon texte et tous ces compliments ! Vous m’en voyez très honorée !
    Je crois qu’écrire a un pouvoir parfois expiatoire, vous l’exprimez bien dans votre réponse. Effectivement, le passage à l’âge adulte peut s’avérer violent, lorsqu’on prend de plein fouet la véritable nature du monde et qu’on comprend que rien n’est idéal. J’en fais l’expérience chaque jour... Aimer à 19 ans c’est peut-être jeune, mais certains amours, à travers leur côté passionnel, l’échec qui en découle, font grandir d´un coup. Partager son histoire avec une communauté permet de se sentir moins seul, plus fort parfois. Écrire, vous à permis de sortir de ce cercle amoureux infernal. Et croyez-moi, d’expérience, je sais que c’est une grande victoire ! ;-)

    Beaucoup de bonheur pour la suite,

    Bonne journée !

    Kahina



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.