Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Chez Emmaüs -
par Pierre Eliet

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 18 février 2014

Durée de lecture : 25 mn

Nombre de mots : 5120

Le fonctionnement d’Emmaüs, vu de l’intérieur.

Suite à la lecture d’une petite annonce d’emploi pour un poste de responsable d’une communauté Emmaüs, j’ai envoyé mon CV et une lettre de motivation.


9 commentaires :

  • Merci pour ce récit qui permet de voir de l’intérieur une communauté qu’on connait parfois en tant que "client".
    Frappée par la qualité d’attention de chacun, malgré les inévitables dérives des alcoolo-dépendants : attention aux personnes, aux objets, à sa tâche.
    Et Accueil : de l’autre, sa parole, ses larmes, ses difficultés, sa différence.
    Une leçon d’humanité.


  • Il en est des centre emmaüs comme des communautés plus ou moins bien gérées, émancipées. Certaines ont adoptées les codes marchands, la gestion par objectifs et d’autres misent aussi sur l’utopie village, autogéré comme à Lescar Pau. Quoiqu’il en soit l’écoute, l’attention aux autres qu’ils partagent tous, en font des lieux d’une belle aventure humaine. Pas seulement pour les compagnons mais aussi pour donner au travail ce qui lui manque, une dimension créative, sensible. Merci Pierre pour cette tranche de vie partagée


  • émotion à lire cet plongée dans ce monde que certes nous connaissons tous pour en avoir eu besoin à certains moments de notre vie. jeune fauché ou bien plus vieux et pas trop riche ou maintenant pour arrêter "dacheter". Dans mon village il existe une recyclerie. : le système est le même. Pour une fois les deux côtés sont contents : celui qui aide et celui qui a besoin : les deux en même temps. ça pourrait d’ailleurs être plus souvent ça.
    merci
    dsm


  • Texte bien écrit et précis qui nous introduit dans le quotidien de la communauté Emmaüs. Plein de petits détails vrais qui rendent le récit captivant.


  • merci de ce témoignage.


  • Direct, chaleureux et humaniste, c’est le tableau que je m’en faisait.
    Beau témoignage de véritable solidarité sociale.


  • Viktoriro :

    Je vous ai lu d’une traite, sans oublier qu’il fait frais ou froid quand je vais chez vous. Un rapport de stage qui débouche sur quelque chose dans un style de partage. Après il y aurait plus en épaisseur la vie réelle du groupe comme tout groupe, une autre réalité....Au fait il y a eut un après ?


  • Tan :

    Je viens de découvrir un monde tout près de chez moi, un monde que je ne connaissais que par son nom. Je vais y aller faire un tour, comme client potentiel, et observer les compagnons en me remémorant votre texte qui m’y a encouragé. Merci.
    Bien sûr, il y a la suite ?


  • J’aime beaucoup le mot compagnon, je trouve qu’à travers votre récit vous lui rendez justice. Et je ferai plus attention dans mes dons désormais. Merci.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.