Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

De Sciences Po au RSA -
par Morad

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 12 janvier 2016

Durée de lecture : 7 mn

Nombre de mots : 1520

Chercher du travail après cinq ans d’études.

Pour les postes à grandes responsabilités, il y a toujours les concours externes, les concours internes, mais encore et surtout les concours de circonstances.


3 commentaires :

  • Texte très instructif et de grande lucidité. Je doute qu’il réussisse à fissurer le plafond de verre.


  • Merci pour ce texte qui décrit la réalité de la transition entre la bulle de l’école et les premières grisailles du marché du travail, ce chômage qui dérange car il ne concerne pas des travailleurs sous qualifiés dans des zones sinistrées, cette pression du passage à un âge adulte à horizon limité et au quotidien timoré... Les cursus comme ceux de Sciences Po n’apprennent pas que la réussite se nourrit des moments de doute, de remises en question, des chemins de traverse… Ces moments hors circuit en revanche nous apprennent quoi faire de la réussite quand elle arrive. Je suis sûre que vous vous en souviendrez.


  • Morad,

    Votre texte est percutant ! Le plafond de verre est si épais ! Mais il faut se battre ! Et si nous échouons, nous aurons au moins tenté. Je comprends vos questionnements, votre colère. Je suis d’accord également sur le fait que l’assistanat peut-être dérangeant, surtout lorsque l’on est diplômé et que de surcroît, on peut travailler (même si ce n’est pas dans notre domaine). Vous ne devez pas perdre espoir, pourquoi ne plus prétendre à un poste à responsabilités ? Parce que VOUS, Morad, portez ces compétences ? Je crois qu’il faut rester combattif, même si les refus sont difficiles à encaisser, parce que "éduquer le monde" : quel merveilleux métier ! Je termine mes études cette année, je serais certainement confrontée aux mêmes problématiques que les vôtres, mais je reste confiante, parce que mes compétences seront portées par MOI, Kahina et que je n’ai pas peur de bouleverser les codes établis. Si je ne trouve pas de travail, eh bien, je créerais mon propre emploi à mon image et selon mes aspirations ! Je refuse de me dire que c’est ainsi et pas autrement, je refuse d’exercer un job alimentaire, par défaut, je refuse de me soumettre. Moi aussi, je veux être heureuse !

    Bien à vous,

    Kahina



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.