Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Galerie d’oubliés -
par Marie-Christine Hengbart

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 23 janvier 2015

Durée de lecture : 18 mn

Nombre de mots : 3710


9 commentaires :

  • Bonsoir,
    Quel texte ! Chacun de ces portrait est déchirant ! On se rend compte que les mentalités, dans notre société, doivent évoluer. Il y a trop d’oubliés... Merci d’avoir donné une visibilité à ces SDF, ces exilés, ces malades qui sont avant tout des hommes et des femmes !

    Bien à vous,

    Kahina


  • Merci. Cela me fait chaud au cœur pour eux. Ils sont de plus en plus nombreux, mais ils ont tant de richesses en eux qu’il serait dommage de passer à côté. L’écoute et la reconnaissance sont les seules choses que tout un chacun, riche ou pauvre, peut partager avec eux. Encore faut-il les voir, les regarder...
    Cordialement,


  • Marie Christine, oui, MERCI pour ce témoignage d’une personne au grand coeur.
    Votre récit est loin de me laisser indifférent : il est même une interpellation très forte pour moi !
    Je garde le souvenir d’un camarade de classe dans le primaire, très doué manuellement, et retrouvé clochard vingt ans plus tard. Je suis allé lui serrer la main et il m’a reconnu : mais n’a pas souhaité me faire part de son histoire personnelle ! Peut être parce que j’étais prêtre et qu’il vient d’une famille très anticléricale ? Quelles blessures, quelles dérives, l’ont amené là ?
    Ne pas avoir pu communiquer un peu plus avec lui, reste une blessure pour moi.
    Je me sent très proche de vous. Cordialement.


  • Je comprends votre déception et votre peine devant le fossé qui s’était creusé entre votre camarade et vous. Ce n’était peut-être qu’une simple gêne de sa part. Pour avoir vécu moi-même des situations d’indigence (et même la rue pendant quelques temps), je sais qu’il n’est pas facile de se sentir encore digne et respectable quand on se trouve au bas de l’échelle de nos sociétés qui se croient pourtant si ’évoluées’. Et dans ces situations, le dialogue est plus facile entre des personnes qui n’ont pas de liens précis.
    Je crois que c’est la vie qui m’a ouvert le cœur. Comme quoi tous les chemins peuvent mener à plus d’humanité !
    Cordialement,


  • Un grand MERCI pour votre commentaire si humain : il me va droit au coeur !
    C’est aussi un message d’espérance vers plus d’humanité. Merci encore.
    Très cordialement.


  • le poids d’un regard... c’est fou ! merci de toutes ces tranches de vie.


  • Et vous devez en croiser souvent de semblables... Peut-être cela aiguisera-t-il votre attention envers eux. Bonne route sur le chemin de l’empathie !


  • Magnifique ! Un texte poignant, profondément humain, dont la bienveillance signe une générosité manifeste. Il a ranimé en moi la lecture du roman de J.-C. Izzo intitulé : "Le soleil des mourants".
    Merci pour ce partage.


  • Heureuse d’avoir rencontré un autre regard attentif à ces personnes. Quant au livre cité, je ne l’ai pas lu, mais vais le faire sans tarder. Merci.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.