Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Histoire d’analyse -
par Cloé Latour

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 22 avril 2014

Durée de lecture : 8 mn

Nombre de mots : 1740

L’auteur enchaîne des séances de psychanalyse pour rester vivante. Le témoignage de gratitude d’une patiente à sa psy.

Je deviens cette pierre que j’érige autour de moi.


8 commentaires :

  • Merci pour votre beau récit de la recherche de vous-même.Vous avez mis du temps à trouver la bonne personne pour vivre.J’ai eu la chance de trouver tout de suite celle-ci ; grâce à vous je peux aussi remercier ma psychiatre pour tout ce qu’elle m’a permis de vivre et,surtout évité de ne pas vivre.


  • Cascade, escalade chute, votre vie ? un paysage, reflet d’une altitude que vous voyez à présent d’en haut, il vous a fallu quitter la platitude de l’existence qui enferme le monde entier dans un espace minuscule ou tout le monde se sent à l’étroit. Un texte touchant ou l’on peut aussi se reconnaître parfois, dans le dégoût de la vie la lente sensation du temps qui passe et nous mène à l’ultime, mais entre ce début et cette fin nous sommes bien là ! inscrit dans l’ici et maintenant gravé par la force des chose dans l’espoir, même face à notre solitude dans la foule, oui j’ai la naïveté de croire qu’il s’agit pour nous de bâtir demain sans cesse, tant pis s’il n’existe pas pourvu que maintenant est un sens.
    Bien à vous.


  • Très émue par votre histoire qui tranche un peu avec l’idée que les gens se font de la psychanalyse ; Bien sur il faut trouver la bonne personne, et "bosser" un peu. Mais ça vaut le coup de se faire aider lorsqu’on se sent trop enfermé dans son mal-être et son désespoir.
    Comme vous, j’ai trouvé la bonne personne, quelqu’un de bienveillant qui me redonne confiance en moi, qui m’aide, qui me soutient et m’aide à avancer.
    Amitié.


  • Il y a quelques années, j’ai entendu à la radio le psychanalyste J.B. Pontalis dire à un journaliste : "La psychanalyse n’est pas là pour rendre les gens heureux, mais pour les aider à être libres". Votre récit témoigne très bien de cette liberté intérieure que vous avez acquise vous-même par étapes, grâce au patient travail de la psychanalyse. Quel bien précieux !


  • Récit poignant et émouvant. Nous ne sommes pas tous aussi bien armés face à la vie, face à nous-mêmes. En espérant que ce retour vers la lumière se prolonge indéfiniment pour vous.


  • Très intéressant et très émouvant...
    Amitiés,
    Virginie.


  • Quel beau chemin vers votre propre reconnaissance.
    C’est bien là : "re-co-naissance", le but d’une analyse : renaître à soi même avec l’aide et l’appui de l’autre (l’analyste" = le "co").
    Et au bout du chemin de l’analyse, se savoir enfin être "une belle personne" grâce à l’aide d’une autre "belle personne".
    Bien à vous.
    Monade


  • “Quand je demandai un jour à cet homme qui m’écouta pendant les trois ans où je me suis fait du mal quelle était l’orientation de sa pratique, il m’annonça qu’il était ‘comportementaliste’.”
    Mais dans votre formation de psychologue, vous a-t-on parlé d’autre chose que de la psychothérapie comportementale ?



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.