Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

J’ai arrêté de chercher la lumière -
par Déborah Bannwarth

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 10 février 2014

Durée de lecture : 12 mn

Nombre de mots : 2540

Déborah a rêvé des planches. Elle pose aujourd’hui un regard frontal sur son parcours, avec pudeur et sobriété.

Saignés à blanc par la banque, mes parents, et je ne m’en suis pas rendu compte à l’époque, ont réussi l’exploit de réaliser mon plus grand désir : à 18 ans, ils m’ont envoyée dans une école de théâtre.

Le monde du spectacle est un endroit particulier où s’appliquent inconsciemment les mêmes lois que celles de la jungle : seuls les forts survivent.


5 commentaires :

  • Oui, le monde du spectacle peut être assez cruel pour tous ceux qui aspirent à en faire partie...
    J’ai aussi rêvé d’être comédienne, ou plutôt j’ai rêvé de l’image fantasmée qu’on peut avoir de ce métier. Malheureusement ou heureusement, je ne sais pas trop, c’est resté un rêve d’adolescente, ou plus simplement une pratique amateur.
    Et comme tu le soulignes bien à la fin du récit, il y a tellement de façons de s’épanouir !


  • Très beau texte...
    Je crois que dans le monde du spectacle, comme dans beaucoup d’autres d’ailleurs, il faut surtout, pour réussir, à talent égal ( au mieux), être "fils de"...
    Qu’il s’agisse de théâtre, de peinture, de musique, d’écriture aussi, et vous êtes manifestement douée pour ça, la réussite( expositions, concerts, publications, etc) passe par bien autre chose, hélas, que le seul talent.
    Ce qu’on appelle "l’entregent" ....
    Merci de nous avoir donné à lire ce beau et très touchant récit.


  • Vous avez été courageuse, bravo d’avoir été jusqu’au bout ! Personnellement je n’aurais pas eu cette audace. Je crois que j’aurais eu trop peur de crever la dalle !..
    Votre récit est touchant et joli.


  • Beau texte, émouvant et sincère.
    Amitié
    Cathy



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.