Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

J’ai trente ans -
par Magali Chaux

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 22 mai 2014

Durée de lecture : 11 mn

Nombre de mots : 2250


9 commentaires :

  • Ca doit être sympa de vous avoir comme prof !
    Je plaisante ...à peine
    Vous me faites penser à la figure du dandy , qui pose un regard las sur tout ce qui l’entoure
    Ce n’est pas si grave d’avoir trente ans
    La vie est parfois bizarre : il y a des gens "vieux" jeunes et des gens "jeunes" vieux : mais de quelle chronologie parle-t-on ?
    Bien à vous


  • Je me suis beaucoup reconnu dans votre récit. Votre vie ressemble beaucoup à la mienne. Je connais bien la mauvaise conscience qui découle du fait de constater qu’on ne manque de rien tout en ressentant le vide. Et de voir les jours passer en se disant qu’on n’a toujours pas trouvé la clé qui nous permettrait de nous libérer de l’état dans lequel on se trouve.


  • J’ai pris du plaisir à vous lire, comme ça, en passant, de manière légère. Je ne m’y suis pas reconnu - je suis un homme - mais j’ai aimé vous suivre dans votre quotidien de trentenaire.

    Dites-moi dès que vous avez écrit votre bouquin à la sauce aigre-douce, je suis prêt à adorer ! Et puis, prof moi-même, je sais qu’il nous faut bien profiter de nos temps libres ; ils sont notre force et nos ressources. Alors, vive les vacances...

    En attendant d’avoir mon âge (je n’ m’emmerde plus), tenez bon. À vous lire de nouveau.


  • Philippe, mon cher Philippe, porte un regard tendre sur votre ennui.
    Je serais plus sceptique...Diantre, bougez-vous ! Écrivez-ça, c’est fait !-, dansez, créez, aidez !!! La vie, le monde vous attendent...Et si vous avez envie de changer de poste avec moi-lire mes articles dans le Huff Post sur mon quotidien de TZR depuis...presque 20 ans- avec moi : come on !!!


  • Merci Sabine pour ces encouragements ! Rassurez-vous, je bouge, je crée, j’aide, je vis, je suis même hyperactive..j’aime la vie,et suis plutôt optimiste.. Dans mon texte, je parle plutôt du spleen. La recherche de conquêtes, d’un absolu....tout cela ne relève pas forcément du quotidien. Merci pour ce coup de pied dans le c.... , après tout, oui, c’ est bien ce que je disais, je suis une enfant gâtée.


  •  :) Non, simplement lucide.
    Un éminent professeur de germanistique nous racontait la même chose ; il avait une trentaine d’année et tout réussi déjà-le veinard. Nous autres étudiantes, enamourées, le regardions sans comprendre...
    Je l’ai revu des lunes plus tard à un colloque de l’AGES où je m’étais infiltrée sans thèse ni agreg...Il avait divorcé, s’était remis avec une brillante collègue, a eu un autre enfant...Bref...
    The show must go on.

    PS : perso, je me serais atrocement ennuyée avec un seul mari, un chien, une maison en banlieue et un poste au même endroit...
    http://www.oasisdesartistes.com/modules/newbbex/viewtopic.php?topic_id=75558&forum=2


  • Bonsoir Magali,

    C’est un beau texte qui me fait penser que nous sommes une génération en manque de repères. Les principes de nos parents ne sont plus les nôtres : avoir fait des études, faire le travail qu’on aime, être marié, ne suffisent parfois plus à nous rendre compte, du bonheur que l’on a de ne pas être à la place des Syriens, ou de ces petites Nigérianes. Il nous manque quelque chose, peut-être l’imprévu, l’adrénaline, l’insouciance. Nous sommes à une époque où il n’y a plus de leader, plus de modèle à suivre et finalement ce spleen, fil conducteur de votre texte, nous rattrape. J’ai beaucoup aimé votre style, je le trouve différent de celui de votre premier texte.

    Bien à vous,

    Kahina


  • Merci à vous Kahina, Philippe, Hubert, Clotilde pour votre lecture du texte. Pour reprendre les termes d’une amie, j’ai voulu montrer la difficulté à être heureux dans une société saturée de bien-être. Il s’agit de moi mais aussi de toute une génération de "jeunes" bien lotis par la vie. Mon point de vue peut choquer, pourquoi se plaindre quand on a tout ? Relisons Baudelaire, l’Ennui. Finalement, on remarque que les problématiques d’antan persistent aujourd’hui.


  • Beaucoup beaucoup de plaisir à vous lire sur votre partie sur les LES AUTRES, votre façon d’admirer les regards que vous croisez et votre entreprise de faire bouger les choses, votre engagement.
    Merci et bonne continuation !



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.