Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

J’étais Directeur Général -
par T. Baudin

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 11 décembre 2014

Durée de lecture : 10 mn

Nombre de mots : 2170

Le prisme du marketing dans une start-up de peinture sèche en film.

Il y avait des liants et des additifs, des taux de charge, des pigments gras sur des subjectiles maigres, et réciproquement.


6 commentaires :

  • Bonsoir,
    Très beau texte, bien écrit et instructif ! Je n’avais jamais entendu parler de la peinture sèche en film. Grâce à vous, j’ai appris quelque chose aujourd’hui ! Merci !

    Bonne soirée,

    Kahina


  • Merci de votre commentaire. Il n’y a là que du vécu. Je me suis contenté de partager mon expérience, qui n’est que le début d’une aventure qui se poursuit encore aujourd´hui... Bon vent à Corso Magenta, et bonne soirée à vous :-) !


  • C’est ce qui est le plus beau je trouve, communiquer. Partager son vécu avec les autres. C’est s’ouvrir au monde ! Longue vie à cette société !
    Bonne soirée ;-)


  • Mat :

    Bonjour,
    J’ai adoré ces quelques pages...qui donnent envie d’aller plus loin !
    La description de votre ami Stan est spectaculaire et efficace, quelques lignes et le lecteur à l’impression de le connaître de longue date.
    Tous mes vœux de succès à Corso Magenta ainsi qu’à vous même, dans vos nouvelles aventures et dans votre aventure dans les nouvelles.
    SouthOfEven


  • Mentir au monde s’appelait marketing...
    J’aime.
    Stan...quel génie, et quel danger....


  • Bonjour Kahina, Mat, Sabine, Merci pour vos commentaires.
    Sabine, le menteur c’était moi, en charge du marketing. Mais dans le fonds tout le monde se ment dans le monde d’aujourd’hui. Et les foules réclament leurs mensonges.
     :-) ?
    Ou bien :-( ?
    Question de point de vue.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.