Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Je ne veux pas qu’il meure -
par Charline

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 14 janvier 2017

Durée de lecture : 9 mn

Nombre de mots : 1970

Se séparer

L’amour va de soi, on aime sans y penser, instinctivement, et j’espère qu’ils savent qu’ils m’ont appris ça, parmi d’autres choses.


1 commentaire :

  • Mon premier gros chagrin a été la perte de mon grand-père maternel.
    Le temps passe si vite .... adolescente je me suis éloignée de mes grands parents maternels ; j’ai voyagé puis j’ai travaillé et puis un jour on revient et grand père et mamy sont encore là mais je n’avais pas pris conscience qu’un jour il et elle partiraient. Quand ce jour là est arrivé, je suis devenue adulte et angoissée. J’ai compris ce qu’était la mort, j’ai compris le temps qui passe, j’ai compris aussi qu’un jour cela m’arriverait et depuis chaque être aimé qui part m’ampute d’une part de moi même.
    Toutefois j’aime à me replonger dans ce merveilleux cocon qu’était ce monde de tendresse, de bonheur, de vacances et d’insouciance qu’incarnait mes grands parents.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.

Ils ont aimé :