Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

L’ivresse est un cercle vicieux -
par Claude Freydefont

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 30 avril 2014

Durée de lecture : 17 mn

Nombre de mots : 3570

Le portrait d’un kiosquier qui ne cesse de boire.

Il boit pour produire les endorphines nécessaires à la sensation de bien-être. Il boit pour parler et pour qu’on l’écoute.


5 commentaires :

  • Quel texte ! Il faut tout votre talent pour décrire la terrible destruction de votre couple, de votre famille ravagée par l’alcoolisme de votre époux , du père de vos enfants. Le thème est souvent traité dans la littérature, au cinéma, dans des récits de vie. Ce qui fait la différence ici ce sont vos mots qui décrivent avec tant de cohérence, de l’intérieur, les souffrances, les longues années de peine et de douleur. Avec beaucoup de pudeur et de retenue, vous nous faites pénétrer au coeur d’un tempête qui jamais ne cesse. Là où même l’amour n’est pas assez fort pour sauver de cette maladie celui que vous aimez. On sent que vous avez mis toutes vos tripes dans l’écriture de cette descente aux enfers. J’espère que la publication sur ce site de ce texte magnifique aura permis de vous décharger puis de vous libérer d’un poids qui doit entraver jusqu’à aujourd’hui encore, votre vie et peut-être vous empêcher d’avancer.
    Merci.


  • Quelle claque votre texte ! Cette descente aux enfers... J’espère que vous arrivez à vous reconstruire, ainsi que vos enfants, j’écris ça sans jugement aucun pour Didier, je connais bien le problème de l’alcool...
    Je vous souhaite l’apaisement.


  • Merci pour ce texte bouleversant. On sent que vous avez tout fait pour arrêter cette descente aux enfers mais la chute était incontrôlable, ce n’est pas vous qui aviez le gouvernail de la vie de Didier en main. J’espère que ce récit fort vous donne une nouvelle énergie.


  • Oui , quel texte vraiment !
    Vous décrivez ce qui ne peut se comprendre, avec beaucoup de tact . Votre souffrance, celle de votre fille, celle de votre ex conjoint . Vous l’avez beaucoup aimé cet homme. Et pourtant, demeure l’impuissance face à sa souffrance .On découvre plein de choses de nos jours ,( du genre une molécule X ou Y, ou bien une super thérapie , ou bien ... ) mais là rien ne fonctionne pour réparer. Une souffrance sans nom que rien ne semble pouvoir adoucir.
    Mais tant que les hommes feront la guerre, il y aura peu de budget pour une recherche qui permettrait de remédier à à cette souffrance là . Et vous avez choisi de vivre. J’en suis heureuse pour vous
    Très chaleureusement


  • gavroche :
    j’aime bien votre récit, l’alcool est certainement le mal de notre siècle mais une bataille n’est jamais perdue avant d’être livrée et la votre de bataille ne vous a pas perdue. Votre couple à résisté 23ans waou une fusion certainement de Didier avec vous et l’alcool. Votre ex-conjoint a t-il était père j’en doute puisqu’il parait même étranger à lui-même et à ce qu’il fait subir à sa vie. Je voudrais parler d’un livre que je dévore en ce moment, de Tobie Nathan, l’étranger ou le pari de l’autre. Tobie pense en début que pour rencontrer une vraie personne autre on doit se poser 3 questions : "qui est-il ? ( père alcoolique peu d’ancrage familial, alcoolique lui-même), D’ ou vient-il ? (la réalité travaille avec l’information comme hier dans la cité, mensonge manipulation) pourquoi est-il ,là ? (argent, alcool et vous). Finalement vous preniez que peu de place moins que votre superbe beau texte, courage Stéphane.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.