Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

L’oubli -
par Isabelle H.

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 11 décembre 2015

Durée de lecture : 5 mn

Nombre de mots : 1190


3 commentaires :

  • Cela ne doit pas être évident.
    Joli témoignage, très beau texte.
    Pleutre.


  • Bonjour Pleutre,
    Merci d’avoir pris le temps de lire mes deux récits.
    La lecture du premier récit me semble nécessaire pour comprendre le second.
    Je me suis mal fait comprendre dans ce dernier texte "L’oubli" et les gens
    n’ont peut-être pas envie de lire des récits qui "plombent" (alors pourtant
    que la maladie d’Alzheimer est un véritable souci de santé publique).
    On doit appréhender cette maladie comme un fléau de notre société vieillissante.
    J’ai tenté de décrire le quotidien difficile pour l’entourage d’une personne
    Alzheimer.
    Une chose est certaine, ni ma soeur ni moi n’avons oublié notre mère et nous nous
    en occupons seules, chacune à notre façon. Je lui téléphone très très souvent
    et m’assure par de nombreuses questions de sa santé mentale.
    Non, pas évident comme vous dites pour moi bipolaire de faire cela, c’est vrai...
    Ma mère n’aurait devant elle encore que 10 ans à vivre,
    le temps que vous vous étiez imparti dans votre récit. Merci et courage à vous.


  • Bonsoir Isabelle,

    J’ai lu vos deux textes avec beaucoup de plaisir.
    Je trouve que stylistiquement, vous arrivez à faire en sorte que "l’oubli" ne soit pas lourd, justement.
    Vous réunissez dans le même texte, le factuel, et l’émotionnel. C’est ça qui m’a plu.

    Ne nous encombrons pas de tabous, de ce dont il faut parler ou non.
    Parlons, dire ce qu’on à dire, peut importe la portée, l’accomplissement de l’expression est déjà très beau en soit.
    Ne lâchez rien !

    Pleutre.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.

Ils ont aimé :