Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

La fin de l’enfance -
par Catherine Raucy

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 20 mai 2014

Durée de lecture : 7 mn

Nombre de mots : 1420

Un entraîneur de basket vivant à une trentaine de kilomètres du Havre évoque l’une de ses jeunes élèves qui devient mère.

Nous formons une communauté deux heures par semaine, et pendant les matchs tout au long de l’année ; mais la communication entre nous s’arrête là.


3 commentaires :

  • Bonjour,

    C’est un texte très touchant que vous nous offrez. J’ai déjà regardé des reportages sur des mères adolescentes et je dois bien avouer que c’est une situation difficile à vivre : rejet des parents, la plupart de ces mères sont obligées de quitter l’école, subissent même l’opprobre des pairs ou du voisinage, font face à un père qui s’est défilé (trop jeune pour assumer cette responsabilité).... Effectivement, c’est une sortie de l’enfance, ce petit être qui vient au monde bouleverse les priorités. Le passage du "doudou" dans les bras de Marinette est émouvant car il illustre ses derniers mois "d’enfance".


  • Bonsoir, et merci pour votre commentaire. Une de mes élèves était tombée enceinte à l’âge de seize ans, et avait dû revoir ses choix d’études à cause de cela, bien que sa famille l’ait aidée : cela a sans doute été une des sources d’inspiration de ce récit.
    J’ai été intéressée aussi par l’idée d’évoquer les rapports entre l’entraîneur et les jeunes dont il s’occupe : ces rapports sont en effet différents des rapports familiaux et des rapports qui se développent dans une contexte d’enseignement "classique" ; et à un moment où on évoque surtout les réseaux et les rapports au sein d’une même classe d’âge, j’aime bien explorer l’idée d’une solidarité entre les générations.

    Bonne continuation. Catherine


  • Bonsoir,
    Même si je n’en ai pas parlé dans mon commentaire précédent, j’ai apprécié la personne de Yannick puisqu’au-delà du fait qu’il ne soit "que" son entraîneur, il s’inquiète de l’absence de Marinette et se rend même chez ses parents. Il ne porte aucun jugement négatif et se promet même d’aller lui rendre visite. C’est touchant !



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.