Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

La jeune patiente -
par Patrice Obert

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 23 octobre 2015

Durée de lecture : 9 mn

Nombre de mots : 1850

Dans la salle d’attente du médecin.

La salle d’attente est maintenant liquéfiée de chaleur. Elle est bondée, il n’y a plus un siège vacant.


3 commentaires :

  • bonjour Patrice,
    j’ai trouvé ta nouvelle très touchante, très sincère ! J’aime souvent découvrir dans une nouvelle, un élément qui est à mes yeux le sujet d’une autre nouvelle : le regard que tu poses sur la maman de cette grande fille, avec insistance, sur sa beauté, appartient à mes yeux à une "autre histoire". Elle agit comme un courant d’air dans ta nouvelle.
    En tous cas, ton personnage semble attendre, éternellement, une réponse qu’il connaît déjà : vous allez très bien monsieur. Alors que l’on sent bien, que rien ne va, que rien n’est "réparé".
    je t’embrasse.


  • Merci pour ce "courant d’air" que tu as débusqué avec ton flair.
    Tu parles de "réparation". Tu as raison.
    On veut nous faire croire que ce genre d’événement est anodin, fait désormais partie des choses normales. 200 000 avortements par an en France. C’est énorme. beaucoup plus en proportion que dans les pays voisins.
    un silence pudique accompagne certaines conséquences sur les bébés nés vivants après avortements. le Centre européen pour le droit et la Justice s’en est saisi.
    Cette "culture du déchet" est bien de notre temps.
    Oui, il y a à réparer.


  • Je vois la salle d’attente, je vois Thibault, surtout ses yeux qui se posent sur l’adolescente et puis cette montée, ce qui se passe dans son âme...Et puis ces larmes et le geste un peu rapide ou discret pour les essuyer avec son mouchoir blanc ! ( je ne sais pas si tu le voyais blanc ce mouchoir ! )
    C’est magnifique Patrice. Merci.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.

Ils ont aimé :