Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Mes cahiers -
par Danielle Sigot-Mezuret

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 7 mars 2014

Durée de lecture : 9 mn

Nombre de mots : 1950


4 commentaires :

  • Un très beau texte, court mais dense, qui donne envie d’en savoir plus, le début d’une autobiographie avec distance, humour et dérision. On sent une retenue dans l’écriture, du non dit, tout un propos elliptique qui laisse imaginer... en ce sens c’est presque un texte poétique, en tout cas une prose travaillée. Une "Invisible" "qui ne fait pas de miracles", mais donne envie d’être vue en pleine lumière, comme un oracle peut-être... André Vastel


  • Madame, chère vous,,
    Ah mais... C’est qu’ils sont encore lisibles les vôtres de cahiers, il sont là, eux ! Et qu’importe l’état végétatif dans lesquels vous les faites ressurgir du passé. Et qu’importe que vous les ayez laissé pour compte, loin des regards indiscrets. Et qu’importe qu’une écriture s’incline vers la gauche comme refusant d’avancer, c’est juste mécanique !
    Le gaucher que je suis, doit faire pivoter le poignet dans le sens horaire pour rendre son écriture à peu près droite, mais voilà... Cela n’empêche ! L’encre bave quand même sur le poignet !
    Quant aux miens de cahiers, ils ont fini noyé, brûlé, mis en pièce au moindre chagrin. Il m’en fallut du temps pour apprivoiser ce truc qui a pris ses appartements dans mon corps et mon âme... Des décennies entières avant de déposer les armes, avant de capituler, avant de faire vœu d’allégeance aux mots...


  • Ah mais vous... Vous avez su tout garder en vous, tel le jardin d’Éden. Vous avez su laisser vos écrits prendre la poussière du temps, sans même vous y replonger. Comme si la vie vous tirant par le devant ne vous laissait pas la place, pas plus que le temps pour vous asseoir, le temps d’une introspection, au calme, enfin... Pour reprendre vos mots ! Enfin au calme pour faire ce puzzle duquel aucune pièce n’est manquante. Ce puzzle duquel vous en aviez durant tout ce temps imaginé la trame dans ses moindres coutures, à la manière de vos tâches minuscules, le temps d’occuper vos mains sur vos toiles...
    Bien à vous, chère Vous.


  • Un beau texte, une écriture riche de réflexions sur le sens de la vie, la génération d’après-guerre, tout ce qui aurait pu être et n’a pas été, enfin les multiples questionnements sur un parcours. Vous êtes lucide et ne vous épargnez pas, peut-être une recherche de perfection, je crois connaître. Ce terme : "d’exister contre soi-même", non vous n’êtes pas invisible et vos textes vous mettent dans la lumière. Continuez à écrire, c’est un plaisir de vous lire.
    Marie



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.