Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Moussa, déserteur -
par Jerry Wilson

Publication : 11 novembre 2013

Durée de lecture : 6 mn

Nombre de mots : 1310

La cité de Moussa, à Cergy.

Le blog de François Bon et son regard sur Cergy :

Cergy vu par l’auteur Annie Ernaux dans un article du Point.

C’est une ville qui ne ressemble à aucune autre, car elle n’a pas été modelée par les alluvions humaines ni par le poids des siècles ; elle a été entièrement pensée par l’homme. C’est une ville très lumineuse, aérée et fleurie. Une ville dans la nature. Les constructions s’insèrent dans le paysage, à l’inverse de la banlieue, où l’urbanisation repousse la campagne.

Un article publié dans Sud Ouest sur les déserteurs et la justice.

Depuis plus de vingt ans, les infractions au code de justice militaire, ainsi que les crimes et délits de droit commun commis par des militaires dans l’exécution du service, ne relèvent plus de la compétence des juridictions militaires, mais de celle des juridictions de droit commun.


11 commentaires :

  • Récit poignant, je ne m’attendais pas à être aussi abasourdie à la fin. Comme quoi, nous n’avons pas forcément besoin d’écrire des pages entières pour raconter quelque chose de vrai mais pourtant si peu relaté. Si je le pouvais j’exigerai une site à ce récit, je reste sur ma faim !


  • NT :

    Nouvelle touchante et simple écrite avec un style qui nous parle. En attendant la prochaine !


  • Très bien écrit, entraînant, sa pousse à la réflexion et tu nous donne envie de lire plus de tes nouvelles monsieur Jerry Wilson. Signé ton voisin du bas de la rue au numéro 3


  • Merci pour ce récit poignant.
    Mon fils a signé et j’espère en silence qu’il n’aura pas à partir.... Je retrouve certains des ses non-dits dans vos mots...
    Encore,merci.


  • Merci pour ce récit, Jerry ! Beau réquisitoire pour éclairer celles et ceux qui ne verraient en l’armée qu’un moyen de fuir la réalité d’un quotidien de jeunes de cité.

    "Il faut dire à tout esprit naissant qu’aucune cause ne vaudra jamais la mort d’un innocent". ( Daniel Balavoine )


  • Très beau texte, et aussi très belle réaction, très humaine, de Moussa... J’espère qu’il a trouvé son coin de campagne, et que le monde lui fout la paix...


  • Émouvant. Difficile de ne pas penser à lui désormais à travers ce texte. Prendre conscience que ces jeunes qui partent pour la France, pour eux, parce qu’il n’ont pas le choix, reviennent, quand ils reviennent, brisés.
    Note à moi même.
    merci.


  • Une belle relation, un témoignage qu’on ne peut oublier.


  • Merci de poser de vraies questions et de nous rappeler qu’aujourd’hui de jeunes hommes loin de l’avoir voulu sont amenés à partir combattre pour des causes qui les dépassent. La guerre est un enjeu majeur qui ne devrait pas être l’objet d’un seul contrat marchand, politique mais aussi un engagement moral, éthique clair pour tous. La précipitation, la réactivité dont nous avons fait preuve au Mali, en Centrafrique banalisent ce qui devrait rester de nos jours une exception.


  • Merci pour vos commentaires et merci d’être sensible à cette indignation.


  • Court mais Intense,
    Belle Plume
    Belle Emotion
    Rares sont les auteurs qui se posent de vraies questions.
    Merci pour ce beau texte
    Tu as du talent
    Hâte d’en lire d’autres, m’en vais te suivre de ce pas.



Votre commentaire

Vous devez être connecté(e) pour soumettre un message