Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

On ne naît pas féministe, on le devient -
par Camille Chuzeville

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 28 avril 2014

Durée de lecture : 6 mn

Nombre de mots : 1290

Camille évoque avec sa grand-mère l’expérience de l’avortement alors qu’il était illégal, puis quand il est devenu légal. Se reconnaître dans les revendications féministes, c’est, pour elle, s’inscrire dans la continuité des combats quotidiens des femmes de sa famille pour affirmer leur indépendance.

Mon grand-père parle souvent seul, peut-être parce qu’il a longtemps vécu dans un camion routier, entre deux sièges et une couchette placée face à une télé de 20 x 20 cm. Était-il là quand Mamie a dû recourir à l’avortement ? Sans doute pas.


3 commentaires :

  • J’ai adoré ce récit ; trois générations de femmes unies par une seule et unique volonté : la liberté de la femme. On y ressent aussi l’évolution des mentalités au cours de l’Histoire : de la volonté de disposer de son propre corps, on passe à la place de la femme dans le monde professionnel et enfin, à celle d’une lutte pour l’égalité des sexes. Merci pour ce récit qui pointe du doigt, les difficultés auxquelles ont été confrontées les femmes d’hier et d’aujourd’hui.


  • Merci pour ton retour Kahina. Ce récit m’a permis de mieux connaitre des êtres très chers et de mieux me connaître aussi, j’ai beaucoup appris sur moi, comme nous tous je pense et j’espère.


  • oui c’est percutant succinct et rythmé et pamphlétaire : et oui il reste beaucoup à faire partout dans le monde. bel hommage à votre grand-mère.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.