Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Quand j’étais extra -
par Romaric Maucoeur

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 19 mai 2014

Durée de lecture : 36 mn

Nombre de mots : 7310

Une facette méconnue du métier de comédien : la figuration ou l’art de l’attente.

Les figurants sont les galériens du jeu, la chiourme des plateaux de tournage. On les habille, on leur coupe les cheveux, on les fait attendre, on les pose là, on leur demande de faire ça, on leur demande de faire autre chose, parfois on ne leur demande rien, on les nourrit, on les fait attendre encore. On leur demande une disponibilité totale, avec parfois assez peu de considération.

Retrouvez le témoignage de Romaric Maucoeur sur rue89.


5 commentaires :

  • Beaucoup d’humour et d’auto-dérision dans ce récit qui m’a beaucoup intéressé. Moi qui aime le cinéma j’ai apprécié d’être avec vous dans les coulisses de la figuration mais très déçue de découvrir des conditions de travail pas toujours très bonnes. Je vous souhaite une bonne continuation, et un vrai rôle dans pas trop longtemps !
    Cathy


  • J’ai adoré, et cela à d’autant plus de sel pour moi que j’ai eu trois expériences similaires.Il m’en reste des souvenirs attachants.
    Vous avez bien su exprimer cette "magie" du cinéma, qui reste présente au bilan final pour avoir participé à une oeuvre créatrice, et cela est très enthousiasmant.
    Un témoignage qui lève le voile sur le fameux "envers du décor" sans fausse pudeur, merci pour votre franchise.
    Je déteste le vert :) et je vous souhaite amicalement une grosse "bouse"...


  • Comme on dit dans ce métier, Nathalie, je prends !

    Merci Cathy et Nathalie pour vos commentaires.
     :-)


  • Bonjour
    J’ai pris un grand plaisir à lire votre récit. Je ne connais pas ce milieu et encore moins la vie et les difficultés des figurants.
    En tant qu artiste peintre, je peux vous assurer que nous ramons sur la même galère et que nous brassons beaucoup d’eau pour pas grand chose... Porter des tableaux au fin fond d’un village, les accrocher, attendre un prix ou une vente, ou pas... Décrocher, tout remballer et repartir à l’assaut d’une autre expo, d’un autre salon....bref. Heureusement que je ne dois pas me couper les cheveux à chaque vernissage.
    C’était un réel plaisir de vous lire et n’attends avec impatience un autre texte croustillant et amusant. Je vous souhaite plein de belles choses.


  • Encore un strike ! Je me suis régalée.( Votre table de régie cérébrale est très généreuse !) Vous avez une façon de voir les choses avec un recul que j’admire. J’ai beaucoup ri mais aussi beaucoup compati. Merci .



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.