Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Rayé des cadres -
par Louis Gulli

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 29 octobre 2014

Durée de lecture : 14 mn

Nombre de mots : 2800

Après sa retraite, un professeur de mathématiques part en Egypte pour continuer à enseigner en lycée français.

Que faire maintenant que je suis « rayé des cadres » (expression consacrée au ministère de l’éducation pour vous signifier de dégager vite fait) ? A 62 ans, je suis encore valide.


16 commentaires :

  • la fin est abrupte comme c’est possible, aléatoire, au choix du lecteur, ou ya un bug ?


  • Bonjour Pierrre,

    Ca me fait plaisir que vous ayez aimé, car je suis un de vos fan.
    Votre commentaire est exactement celui que j’ai fait à Pauline Miel quand elle m’a proposé de l’éditer.
    Si ca vous intéresse je vous envoie par mail l’original, il fait 30 pages en PDF.
    Amicalement, Louis Gulli


  • Grand merci cher Louis, vous me faites grand honneur.
    Mon adresse mail pas secrète : Clausse.pierre@neuf.fr. Merci encore !


  • Bonjour
    J’ai beaucoup aimé votre récit qui m’a permi de repartir en Égypte grâce à vos mots.
    Je suis allée au caire, deux jours, admirer les pyramides et visiter le musée. J’ai été choquée par cette ville polluée, étouffante, par tous ces enfants d’une dizaine d’année qui vendent des babioles en courant derrière les bus. Choquée aussi par toutes ces ordures que l’on voit partout, entre les immeubles, dans les canaux, sur les trottoirs. Lorsque j’ai repris le car pour regagner l’aéroport, j’ai juste pleuré....
    J’espère que vous avez été bien soigné à la clinique de l’union,( là où j’ai mis au monde mon troisième enfant ) et que vous avez retrouvé une bonne santé. Au plaisir de vous lire encore.


  • Ah oui, j’oubliais de vous dire que j’aime beaucoup votre phrase de présentation. Ne pas prendre la vie au sérieux :))))


  • Je fais la même remarque que Pierre . On ne peut pas laisser ce récit sans chute, c’est trop frustrant pour le lecteur !
    On censurerait les textes sur "Raconter la vie" ?
    Pourquoi pas un tome 2 si ça dépasse le format autorisé ?


  • Cher Louis,
    Merci pour ce voyage en Egypte ! Vous avez fait le choix de tout quitter pour continuer à enseigner, loin de votre pays et de votre famille. Comme vous le dites, à 62 ans vous êtes "encore valide" et vous avez raison ! Je trouve votre récit tout-à-fait cohérent, la fin de me dérange pas, mais vu qu’il continue, j’aimerais avoir l’honneur de lire la suite, donc si vous pouviez me la faire parvenir par mail ce serait sympa ;-)
    Je vous laisse mon adresse mail : kahina.saidi@yahoo.fr

    Au plaisir de vous relire,

    Kahina


  • Bonjour Kahina,

    C’est fait je vous ai envoyé le texte que vous avez demandé.
    Amicalement, Louis Gulli


  • Merci, Louis, pour cette tranche de vie cairote, aux premières loges.
    J’ai lu votre récit avec plaisir : style direct et vivifiant, humour, moments forts, double culture.
    On vous suit volontiers dans votre balade égyptienne, avec intérêt, curiosité et émotion.
    En vous souhaitant plein d’autres idées pour animer (point trop n’en faut) votre retraite.


  • Bonjour Marie,

    Je suis heureux que ce récit vous ait plu.
    Ce récit est la parenthèse fermante à un récit que j’ai envoyé à raconter la vie sous le titre "Maripassoula", mais qui n’a pas été publié.

    "Maripassoula" raconte ma première participation à un jury de bac à Cayenne, en 1975, j’étais en poste à Fort de France, c’était mon premier poste, j’avais 26 ans, une aventure que je n’oublierai jamais, la première aventure de ma vie, parenthèse ouvrante d’une belle vie, que je ne pouvais laisser ouverte alors j’ai raconté ma dernière aventure dans un Caire remuant et douloureux.

    Ce texte, "rayé des cadres", au titre initial, "une retraite égyptienne", m’a permis de fixer quelques images qui me sont chères, tout en bouclant un cycle correspondant à mon activité dans le monde du travail.

    Amicalement, Louis Gulli


  • Bon !
    Je me rappelle des cours comme si c’étaient il y a quelque jours.
    Maintenant quelques années plus tard, je tiens à vous remercier d’être un super prof.
    Je me rappelle aussi de notre rencontre..
    Quant à ce récit, il est magnifique.. j’était très content en le lisant..
    J’espère qu’on se verra un jour..
    Si vous me le permettez, nous étions à 3 seulement dans la spécialité Maths (classe ES).
    Votre étudiant qui ne voulait pas laisser son protable (je m’excuse pour cela),
    Marc


  • Bonjour Marc,

    Impossible de vous oublier, même 4 ans après !

    Ce récit parle de vous ! Toi Marc et de tes camarades, Ahmed, Mohamed, Magued, Théodore, Taymour Omar
    Impossible de vous oublier !

    Tu m’as sorti la phrase ils sont en train de se faire tuer et vous me demandez de ranger
    mon portable ! C’est la phrase la plus profonde qu’un de mes étudiants m’a dite !
    Cette phrase m’a beaucoup marquée, du haut de tes 17 ans tu étais beaucoup plus mûr que moi et mes 62 ans !

    Inutile de t’en excuser mon cher Marc ta phrase est superbe !

    Aujourd’hui tu as 21 ans, ce qui est surprenant c’est qu’un jeune égyptien vivant au Caire de ton âge puisse lire des textes sur ce site pour retraités français qui meurent d’ennui. Tu me surprendras toujours Marc.

    Je suis les exploits de Magued sur YouTube, c’est devenu une star au Caire, c’est Sharif Morcos qui m’a donné le lien ! Si tu vois Magued et Ahmed et Taymour et Mohamed et Omar et Théodore dire leur que je les embrasse tous de tout mon cœur.

    Louis Gulli


  • Bonsoir M Gulli,

    Je suis un élève de la classe terminale S du Collège de la Sainte famille.
    J’ai lu ce récit qui m’a fait rappelé de vos cours qui ne sont pas facile à oublier.
    Je suis maintenant en troisième année d’ingénierie, et j’admets que sans vos cours de maths je n’aurais pas pu reussir même la première année.

    Et Surtout je voulais dire que votre cadeau (La calculatrice graphique) est toujours là.

    J’espère qu’on se rencontre le plus tôt possible.

    Bichoy Messiha


  • Cher Louis, vous voyez qu’il n’y a pas ici seulement des retraités qui meurent d’ennui :) Au plaisir.


  • Bonjour Bichoy,

    Tu n’as pas besoin de me rappeler qui tu es mon cher Bichoy !

    Sans toi personne n’aurait eu le bac en terminale S en juin 2012 au Caire !

    Pendant les événements du Caire c’est toi et Lama qui étaient chargés de transmettre les cours les exercices les corrigés, pendant qu’au dehors les rues étaient bloquées et qu’on ne pouvaient pas faire cours.

    Je suis très heureux d’apprendre que tu es en troisième année d’école d’ingénieurs, je compte sur toi pour inventer un véhicule très pratique qui me permettra de me déplacer car bientôt je serai trop vieux pour avancer à l’aide de mes jambes.

    Andrew fait ses études à Toulouse il est major de sa promo à la faculté de mathématiques, Sharif à fait 2 années à
    polytechnique de Toulouse et vient de réussir brillament sa troisième année de chimie, il était très fier au téléphone avant hier en m’annonçant ses notes. Lama est à TSE elle a un prof qui est prix Nobel d’économie.
    Vous me manquez beaucoup Georges Eskander, Mohamed Chokeir et tous les autres...

    Je sais que tu n’es pas un littéraire et c’est surement Marc qui t’a donné le lien pour ce site. Je n’ai pas changé d’e-mail depuis 2011 vous pouvez me contacter, passez par Sharif Morcos il vous donnera tous les renseignements me concernant, si vous passez en France Ahlan wa Sahlan Bi Bayti.

    Embrasse très fort de ma part tous tes camarades.

    Louis Gulli


  • Bonjour Pauline,

    Désolé je parlais de moi....

    à bientôt....



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.