Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Trois ans déjà -
par Ben

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 21 juillet 2014

Durée de lecture : 7 mn

Nombre de mots : 1550


5 commentaires :

  • "J’ai choisi de chérir un souvenir de 22 ans de papa plutôt que de pleurer les années d’absence qui se profilaient. " J’aime beaucoup cette phrase, et votre texte tout entier dit la fidélité à cette belle promesse.


  • Merci pour ce très beau texte.
    J’admire votre lucidité , je suis touchée par vos lignes.
    Tout est dit,avec infiniment de justesse et de pudeur ;
    Bien à vous
    Sandra


  • Perdre quelqu’un qu’on aime est une épreuve qui nous marque à jamais, on se relève mais on est plus jamais les même.
    Très beau texte qui nous renvoie à nos douleurs mais aussi à nos souvenirs, preuve qu’on ne peut oublier une personne aimée. Merci.


  • très beau récit, juste et vrai... Il est difficile de parler du départ de ses proches. Je viens de perdre le mari d’une très proche amie déjà bien éprouvée par le vie. A part être là à l’écoute que faire ? S’entendre dire dans un murmure "je t’aime" assure que l’on est sur la bonne route de l’amitié... Merci pour ce beau texte.


  • Merci pour votre texte. J’ai été très touché par votre passage sur l’arbre comme source de vie et sur l’inertie de la pierre. Cette idée me paraît simple et belle, alors même que je ne la partage pas complètement. Je ne peux pas imaginer, pour ma part, enterrer quelqu’un sans qu’il y ait une pierre sous quelque forme que ce soit. Je trouve justement que la pierre est un élément naturel primordial, vivant aussi, mais dont l’évolution (la dégradation) a ceci d’apaisant, de rassurant, qu’elle est lente. C’est une sorte d’éternité.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.