Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 2 mai 2014

Durée de lecture : 13 mn

Nombre de mots : 2690

Comment un petit-fils de métayers devient ingénieur.

Mon avenir était là devant moi, tout tracé, dans ces usines puantes, à synthétiser des produits complexes, pour on ne savait trop quelle finalité.


3 commentaires :

  • Bonsoir,

    Votre récit me semble narrer une succession de vies, de la seconde guerre mondiale, à la guerre d’Algérie, en passant par Mai 68 vous avez traversé des événements charnières du XXème siècle en France ! Merci pour toutes ces images qui me parlent parfois. Ainsi, j’ai étudié la guerre d’Algérie, toute la violence qui émane de ce conflit, toutes les tortures, toute l’omerta autour d’elle. Votre enfance dans le Périgord me rappelle celle de mon père en Kabylie, fils d’agriculteurs, il me racontait que sa famille n’achetait que des allumettes et que tout était produit en "interne". Votre dernier paragraphe sur les splendeurs de la nature est très beau ; ainsi dans un monde où tout s’accélère, où les innovations techniques (et la quête du profit) poussent à une consommation effrénée, où plus rien n’a de valeur, demeurent "les myriades d’étoiles des nuits de bivouac".

    Bien à vous,

    Kahina


  • Merci à Kahina S. pour ses bienveillants commentaires. C’est très réconfortant...
    Il semble que là, une partie des objectifs de ce site et de cette collection soit atteinte. En effet, une résonance s’établit, que nul n’avait précisément cherchée, hors du temps, et de l’espace. C’est un peu comme une pierre lancée sur l’eau et générant d’innombrables ricochets...

    Jean-Charles Lapierre


  • Bonsoir,

    Je suis totalement d’accord avec vous sur ce point, à la lecture de certains récits, j’ai reconnu des bribes de moi, de mon histoire. Dans d’autres, j’ai pu découvrir des professions, des parcours singuliers, mais encore m’émouvoir ou tout simplement, prendre le plaisir de lire.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.